Yuusha no Furi mo Raku Janai — Riyuu ? Ore ga Kami Dakara Chapitre 23

Chapitre 23: Le Marchand d’Esclaves (Récolte d’Informations, Partie 2)

Après avoir déjeuné, Celica et moi avons repris la collecte d’informations dans la capitale royale.
Le lieu suivant est un bidonville situé près des murs extérieurs de la capitale royale.
C’est la première fois que nous allons dans un endroit aussi sale, Celica, effrayée, se blottit contre moi avec son bras lié au mien. Elle a l’air un peu en sueur.

Moi, au contraire, je marchais avec des pas légers.
Parce que je sais que je n’ai pas besoin de me retenir, parce qu’il n’y a pas de Dieux.
C’est comme si une épine avait été enlevée de mon pied.
C’était très rafraîchissant.


Nous sommes arrivés devant une maison en pierre à l’intérieur du bidonville.
C’est un bâtiment doté d’un étage qui ressemble à une prison solide.
Je frappe à la porte faite avec un bois épais.
Puis une petite fenêtre s’est ouverte et un homme a montré sa tête. Ce n’est pas un homme ordinaire, son regard est vif.
« … Carte de membre ? »
« J’en ai pas. »
« Alors dégage. »
« Et ça, ça te convient pas ? »
J’ai sorti une grosse médaille en argent de la poche de la poitrine de mon wafuku : l’【Emblème de Héros】.
L’homme derrière la porte a eu le souffle coupé.
« Uu… Héros… »
« Ne t’inquiète pas. Je viens en tant que client. »
« Aa… »
Un *clic* s’est fait entendre, et la porte s’est ouverte.
―Mais bon, vu que j’ai l’Emblème du Héros, j’aurais pu la détruire.
Je ne l’ai pas fait parce que je compte construire une relation et éviter une future animosité.


Un skinhead avec une cicatrice sur la joue se tenait à côté de la porte ouverte.
« … Entrez. »
« Désolé pour le dérangement. »
Je suis entré dans le bâtiment avec Celica.
La pièce est sombre. Elle fait environ la taille d’un studio et a juste un comptoir. Il y a une porte à l’arrière.
Une odeur affreuse dérivait à l’intérieur. L’odeur de gens qui n’ont pas pris de bain.
« Votre entreprise a l’air plutôt prospère. »
Le skinhead a froncé les sourcils avec un air troublé.
« Je ne sais pas comment répondre à cela. »
« Ouais. Les esclaves sont à l’arrière ? »
« Oui… par ici. »
L’homme ― le marchand d’esclaves nous a conduits au fond du bâtiment.
Quand il a ouvert la porte, l’odeur atroce est devenue plus forte.
(NdT : Studio dans le sens « appartement »)

Une pièce secrète sans fenêtres. Elle fait environ la taille d’une salle de classe.
Il n’y a presque pas de lumière, l’homme a allumé une lampe quand il est entré.
Des silhouettes d’hommes, de femmes et d’enfants sont apparues le long du mur.
Ils étaient tous enchaînés et portaient des vêtements sales.
Ils étaient plus de 10.


Je me retourne et dis :
« Celica, si tu ne te sens pas bien― »
« … Je vais bien. Je reste avec vous, Keika-sama. »
Elle se mordait les lèvres avec le visage pâle. Ses doigts agrippaient la manche de mon wafuku. On dirait qu’elle a peur d’être laissée seule.
« Ne t’inquiète pas. »
Puis le marchand d’esclaves parle :
« Les esclaves ici peuvent être achetés maintenant. »
« Hmm… »
Je les regarde tous avec les 《Yeux de la Vérité》.
Une magie qui permettait de voir les capacités et les compétences.
Mais il n’y avait pas d’esclaves que je voulais. Des esclaves dotés de l’élément 【Lumière】.

Mais j’ai trouvé quelque chose qui n’avait pas sa place ici.
Un beau garçon avec des longs membres ; en réalité, c’est un monstre.
Un monstre appelé 【Poison Shape】, il se rapprochait des gens en se faisant passer pour un humain, puis il les mangeait au moment où ils baissaient leur garde.
Que faire ? Il pourrait m’être utile.


Celica a soudainement élevé la voix :
« Ah. »
Elle a renforcé sa poigne sur mon wafuku.
« Qu’est-ce qu’il y a ? »
« Non… Ce n’est rien. »
Celica a secoué la tête avec une expression difficile. Ses cheveux blonds brillaient faiblement dans la pièce sombre.

Je suis le regard de Celica.
Il y a une grosse femme avec un air bienveillant. Elle étreignait une esclave qui semblait être attachée à elle.
—————————————-
【Statut】
Nom : Clarissa
Sexe : Femme
Âge : 41
Race : Humaine
Vocation : Esclave (Chef Cuisinière de la Cour Royale)
Classe : Cuisinière Niv49
Élément : 【Terre】
—————————————-
… La cour royale. Je vois.
Une connaissance de Celica, hein.


Alors que j’étais perdu dans mes pensées, le marchand d’esclaves a montré un homme.
« Si vous cherchez quelqu’un capable de se battre, que diriez-vous de cet homme ? »
Le skinhead a mis sa lampe vers un homme attaché au mur. Un homme barbu avec un regard trouble.
« Il a l’air faible. »
« Il était à l’origine un gladiateur. Il est très doué avec les armes. »
Je regarde l’homme qui n’affiche aucune émotion. Il a des bonnes capacités, mais il souffre d’【Alcoolisme】.

« Non. Il a des symptômes d’alcooli―de dépendance à l’alcool. Il ne peut pas travailler correctement. »
« … Comme prévu de la part d’un Héros-sama. Vous avez vraiment des bons yeux. »
« Tu n’as pas de Pécheurs ? »
« Il y a une forte demande de Pécheurs, même si nous en avions un, il serait immédiatement expédié. Ils sont demandés pour les rituels, les sacrifices et autres. »
« Je vois… le jeune homme qui s’est battu en finale ― Léo, qu’est-ce qu’il est devenu ? »
« Ils sont encore en train de délibérer s’il est un Pécheur ou pas. Ils ont l’air d’avoir du mal à parvenir à une conclusion. »
« Je vois… est-ce que vous pouvez me donner des informations sur les autres Pécheurs ? À partir de maintenant. »
J’ai dit ça en le menaçant avec l’Emblème du Héros.


Le marchand d’esclaves parle tout en grattant sa tête chauve :
« Nous faisons un commerce, ici… »
« Un commerce qui est complice avec le Roi Démon ? »
« Pas du tout. Notre entreprise est propre et honnête. »
« Je n’interférerai pas avec vos affaires. Vous pouvez me donner les informations après avoir vendu les Pécheurs. Vous devriez n’avoir rien à perdre. »
« Je perdrai en relations, je ne peux pas faire ça. »

Je demande tout en mettant la main sur mon tachi :
« Alors tu veux mourir ? »
« Hein ? Que racontez-vous, Héros-sama ? »
« Je veux des informations sur les Pécheurs. Si tu ne m’en donnes pas, je te tue. »
« Si vous me tuez… »
« Tu as des remplaçants partout. C’est ça, hein ? Dans ce cas, je n’ai qu’à tuer tous les marchands d’esclaves jusqu’à ce que j’en trouve un qui me dise où est-ce que les Pécheurs ont été emmenés. »

Le marchand d’esclaves me regarde avec des yeux froids.
« … Héros-sama, est-ce que vous êtes fou ? Vous avez beau être un Héros, vous ne pouvez pas tuer un innocent sans répercussions, vous savez ? »
« Même si c’est un sbire du Roi Démon qui a amené un monstre dans la capitale ? »
« Hein… ? »
« Le beau garçon là-bas. Il a l’air humain, mais c’est un vampire, tu sais ? Regarde. »
Je me suis approché du garçon et je l’ai aspergé d’eau de la gourde que j’avais à ma taille.
« GYAAA ! »
Le garçon avait l’air de souffrir, puis ses yeux sont devenus rouges et ses canines se sont développées.
Les esclaves ont paniqué en voyant ça :
« Hiii », « À l’aide ! », « Je ne veux pas mourir ! »


Le marchand d’esclaves s’est mis à paniquer.
« C-C’est impossible ! J-Je― »
« Tu vends des vampires en tant qu’esclaves pour tuer les gens qui les achètent, hein ? En tant que Héros qui règne sur tout ce qui est lié au Roi Démon, c’est moi qui rendrais ton jugement. Et c’est la peine de mort. »

Je dégaine rapidement mon tachi et le met au cou du marchand d’esclaves.
« Ha… ! C’est faux ! Je ne savais rien ! »
« Tu ne peux pas t’en sortir, il y a des preuves. »
« Non ! ―Ah. »

*CRAC*, le garçon qui s’était fait pousser des crocs a arraché la chaîne et s’est jeté sur nous.
« KISHAAA ! »
J’agite légèrement mon tachi. Il brillait en bleu avec 《Don de la Lame d’Eau》.

Slash !

« HIGYAA ! »
Le garçon a été coupé en deux et s’est effondré. Il s’est transformé cendres qui se sont dispersées. La oba-san Clarissa a directement été affectée.

Je remets mon tachi à la gorge du marchand d’esclaves sans l’avoir quitté des yeux.
« Alors, qu’est-ce que tu vas faire ? Il y a plein de témoins ici, tu sais ? Est-ce que tu vas parler ? »
« Je parle. Je vous informerai ! Alors aidez-moi, par pitié. Je n’étais vraiment pas au courant pour ce vampire. »
« Que tu le savais ou pas n’a aucune importance. Ce qui est important, c’est que tu as amené un monstre dans la capitale. Si tu te montres utile, je t’aiderai. »


Le marchand d’esclaves a respiré un grand coup, puis il a poussé un long soupir.
« Entendu. Je parlerai. Mais je n’ai actuellement aucune information, ou plutôt, je n’ai aucune information sur les Pécheurs encore en vie. Ils apparaissent rarement. »
Je grimace.
« Je vois. Alors contacte-moi dès que tu auras des informations. Tu connais l’auberge du vieux Kinmerick ? »
« Oui, je connais. »
« Contacte-moi là-bas… Je pense que tu as déjà compris, mais les mensonges ne passent pas, pigé ? »
« Oui… j’ai compris. »
Je retire mon tachi et tends la main.

Le marchand d’esclaves est confus.
« Eh ? »
« C’est une poignée de mains. Tâchons de nous entendre, à présent. »
« O-Oui. »
Le marchand d’esclaves a timidement tendu sa main, et nous avons fait une poignée de mains.

« Ah, au fait. Les humains mordus par un vampire deviennent eux-mêmes des vampires au bout d’un moment, c’est ça ? Ne vendez pas ces esclaves pendant un moment. Je reviendrai bientôt, et à ce moment-là, je vous débarrasserai des monstres. »
« Oui, entendu. »
« À plus tard. »
J’ai pris Celica avec moi et je suis sorti.


L’extérieur était baigné de lumière du soleil.
Le ciel de l’ouest était teint en rouge.
« Allez, retournons à l’auberge. »
« Oui. »
Le visage de Celica était sombre.

Je lui demande tout en marchant dans la ville :
« Qu’est-ce qu’il y a ? »
« Non… ce n’est rien. »
« Tu es comme un livre ouvert. Tu as vu une connaissance, pas vrai ? »
Les yeux bleus de Celica se sont ouverts.
« C-Comment !? »
« Je le sais. Ne t’inquiète pas. Je l’achèterai. »

Celica a secoué la tête.
« Non. Acheter quelqu’un qui pourrait devenir une vampire… »
« Oh, c’était un mensonge. »
« Eh !? »
« C’était un monstre différent, un monstre qui se transforme en humain et qui répand du poison. Et quand les symptômes se montreront, je les achèterais pour pas cher car ce sera un bon débarras pour lui. »
« Un tel plan ― non, attendez. Le marchand d’esclaves pourrait aussi montrer des symptômes. »
« J’y ai également pensé. »
Quand j’ai serré la main du marchand d’esclaves avant de partir, j’ai ajouté 【Nullification de l’Empoisonnement】 dans son 【Statut】.
La réécriture des statuts est un privilège de Dieu.


Je ris à pleines dents.
« Ne t’en fais pas, tout ira bien. Allez, retournons chez Mīnya et le vieil homme et mangeons quelque chose. »
Celica me regardait, bouche bée, puis elle s’est mise à rire.
« … Keika-sama, vous êtes vraiment incroyable. Vous rendez possible tout ce qui est impossible. »
« J’imagine. »
« Merci, Keika-sama ! »
Celica a pris mon bras dans les siens. Mon bras est pris dans la vallée située entre ses gros seins.
Comme sa poitrine secouait à chaque pas, j’ai constamment senti une douceur exquise.


Nous sommes retournés à l’auberge.
Au moment où nous sommes entrés dans la taverne au rez-de-chaussée, Lapisia, en robe blanche, est venue en agitant ses petits bras. Ses couettes bleues voletaient derrière.
« Bienvenue Keika ! Repas ! »
Elle ressemble à une fille d’environ 10 ans, mais son âge mental est un peu plus bas. Elle n’est toujours pas capable d’arrêter son langage de bébé. Mais elle est une Déesse Mère de la Terre

Je caresse la tête de Lapisia et dis :
« Je suis rentré. Mangeons. »
« Oui, prenons un repas. Nous avons beaucoup marché. »
Celica a dit ça en tenant ses gros seins.

Lapisia sourit avec son visage éternellement enfantin.
« Aujourd’hui Lapisia fait ça ! »
« Est-ce que ça ira… ? »
Quand j’ai instinctivement regardé la cuisine, Mīnya en est sortie avec ses oreilles de chat qui s’agitaient. C’est une fille-bête de 13 ans. Elle est aussi mince que Lapisia, mais sa poitrine innocente est gonflée.
« Je l’ai aidée… c’est bon. »
« Je vois. Alors c’est bon. Les repas de Mīnya sont bons après tout. »
« … »
Mīnya avait silencieusement baissé les yeux, mais il semble qu’elle était ravie car sa queue noire s’était dressée.


Puis nous nous sommes assis à une table à 4 places. Celica et moi étions assis l’un à côté de l’autre, Lapisia était devant nous.
Mīnya a immédiatement apporté les plats.
Boulettes de viande, soupe aux champignons, légumes frits à la poêle. Le pain a été grillé.
La viande et le pain dégageait une odeur qui stimulait mon estomac.

Lapisia a dit en regardant avec ses yeux dorés :
« Boulette viande mange ! mange !
Vu qu’elle me l’a suggéré, j’ai pris une boulette de viande avec une fourchette et je l’ai mise dans ma bouche.
Au moment où j’ai mâché, une sauce sucrée a débordé dans ma bouche.
« Hmm ! C’est quoi cette boulette de viande ? L’intérieur est doux et parfaitement écrasé ! »
« Bon ? Bon ? »
« C’est bon ! C’est un nouveau menu !? »
« Lapisia était gyuu gyuu »
Lapisia tendait son bras mince et faisait des pressions avec sa petite main.
―Je vois. Elle a écrasé la viande avec sa force physique de 30 000, et voilà le résultat.

« Pas mal, Lapisia. »
« Hmm ! »
Elle souriait de toutes ses dents avec des yeux brillants.


Celica a mis ses cheveux en arrière avec des gestes élégants tout en mettant une boulette dans sa bouche avec une fourchette.
Après avoir mâché plusieurs fois, ses yeux bleus se sont ouverts.
« C’est vraiment délicieux. C’est la première fois que je mange cette texture. »
« Complimente complimente ! »
« Tu es incroyable. Lapisia-chan. »
« Ouaiiis »
Lapisia a joyeusement levé ses bras.
Celica sourit en voyant cela.


Après ça, on a repris le repas.
C’était plein de rires et de joie à notre table.
La joie a rendu le repas deux fois plus savoureux.

Cependant, en tant que personne née au Japon, je me suis mis à réfléchir.
C’était un très bon repas de style occidental, mais je commence à avoir envie de nourriture japonaise.
Riz blanc avec des grains scintillants. Soupe Miso avec du dashi. Saumon salé. Et aussi du nori et du nattō.
Mais bon, c’est probablement impossible.
(NdT : Dashi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dashi)
(NdT : Nori : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nori)
(NdT : Nattō : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nattō)

Celica a penché la tête en me voyant pousser un soupir.
« Quelque chose ne va pas, Keika-sama ? »
« Non, ce n’est rien. J’étais juste en train de me souvenir de la cuisine de ma terre natale. »
« Je vois. »
Après avoir hoché la tête, elle a parlé à Lapisia.
« Lapisia-chan, qu’as-tu fait aujourd’hui ? »
« Aujourd’hui joué avec Mīnya ! Jusqu’à balle au mur ! »
« Oh, tu as joué au ballon et il a volé jusqu’au mur extérieur de la ville. Comme prévu de la part de Lapisia-chan. »

Celica a discuté avec Lapisia pendant un moment.
Elle a compris qu’il ne fallait pas être trop curieux.
Elle m’a laissé seul.

Ce genre de considération a guéri mon cœur.
J’ai continué d’apprécier le bon repas tout en remerciant l’existence de Celica.

Astuce:

Cliquer sur l'image Yuusha no Furi mo Raku Janai — Riyuu ? Ore ga Kami Dakara 23 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.