Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 99

Chapitre 99: Vivacité

Un frisson traversa Hong Xi à cette pensée. Il se rappela avoir analysé ce Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps ; l’essence de cette compétence résidait dans… les vibrations !

Par les cieux ! Ce gamin !?

Hong Xi déglutit nerveusement. Lin Ming ne pouvait pas avoir appris le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps.

C’était… c’était impossible. Il manquait soixante-dix pour cent du contenu de cette compétence martiale. Quoique le concept de vibration de la véritable énergie y soit mentionné, il n’y avait rien qui expliquait comment s’entraîner ni par où commencer. Sans compter qu’il s’agissait d’une compétence martiale du degré terrestre ; même un immortel aurait été incapable de faire quoi que ce soit !

S’il était véritablement parvenu à pratiquer cette compétence, les monstrueux génies démoniaques de ce monde n’étaient que pâleur et petitesse face à lui ; Lin Ming était tout bonnement la réincarnation d’un dieu immortel ou d’un démon infernal.

« Gamin, où est-ce que tu as appris cette technique de vibration que tu as utilisée juste avant ? » demanda Hong Xi, la voix légèrement tremblante. Il était, de toute évidence, agité et perturbé ; incapable de se calmer après avoir réalisé ce qui s’était passé. Non seulement Lin Ming possédait un cœur des arts martiaux exceptionnel et avait été capable d’obtenir sa propre intuition martiale, mais sa perception défiait la volonté des cieux et le plaçait au-dessus des prodiges les plus brillants.

Face à ce genre de génie hors-norme, les talents n’étaient plus que de vulgaires nuages flottants.

Quel concept était-ce d’être capable de réaliser l’impossible de ses propres mains ? Hong Xi n’osait même pas l’imaginer.

Lin Ming répondit honnêtement : « En rassemblant des indications que j’ai trouvées dans le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps. » Il ne comptait pas cacher quoi que ce soit. En réalité, il n’y serait pas parvenu même s’il l’avait voulu. Quelqu’un s’en serait rendu compte tôt ou tard, à moins qu’il ne renonçât complètement à utiliser cette compétence.

Mais il était impossible d’enseigner ou d’expliquer des compétences martiales ou des méthodes d’entraînement sans un feuillet en jade. Et il fallait atteindre le large succès d’une compétence martiale ou d’une méthode d’entraînement pour pouvoir ensuite la copier sur un feuillet ; Lin Ming n’était donc pas inquiet.

Révéler le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps ne faisait qu’ajouter un atout supplémentaire à sa main. La Maison Martiale des Sept Véritables et le Prince Héritier n’en seraient que plus protecteur. De la sorte, Lin Ming serait encore plus en sécurité.

Hong Xi resta silencieux pendant un long moment après avoir entendu cette affirmation. Il regardait Lin Ming comme s’il regardait un monstre.

Qui pourrait bien oser mentionner ou mépriser l’intuition martiale de Lin Ming désormais ?

C’était le talent le plus incroyable que la Maison Martiale ait vu au cours des cent dernières années !

Il n’y avait que Qin Xingxuan pour se comparer à Lin Ming ; et encore, rien ne disait qu’elle était meilleure !

« Un monstrueux génie sans nul autre pareil… » dit Hong Xi en sortant finalement de son silence.

« Lin Ming, tu es l’artiste martial le plus talentueux et le plus remarquable que j’ai pu croiser de toute ma vie ! Bien que ton talent ne soit qu’un grade trois de qualité moyenne, tu peux faire la différence avec ton intuition martiale ésotérique ! Rien qu’avec ça, tu peux être considéré comme un talent de grade quatre ou cinq. Pourtant, cela ne suffira pas à attirer l’attention des Sept Profondes Vallées. Mais il te reste ta perception, je n’ai jamais rien vu de tel ! C’est terrifiant, tu dois être capable de pratiquer n’importe qu’elle technique en moitié moins de temps qu’il n’en faut et de manière bien plus efficace qu’un autre. Vient s’ajouter à cela la possibilité que tu comprennes une deuxième intuition martiale grâce à la pureté et la force de ton cœur des arts martiaux. Dans ce cas-là, même la secte des Sept Profondes Vallées ne sera pas capable de t’arrêter ! Tu viendrais te placer au sommet de l’échelle de toute la jeune génération du Continent du Grand Dévers ! »

« Ton futur n’a pas de limite ! Tandis que ce que je peux t’apprendre, oui. Tout ce que je peux faire à présent c’est être ton professeur. Je comptais t’enseigner les techniques de lance que je connais, mais il semble finalement que ce ne soit plus nécessaire. Tu as ta propre compréhension de la lance et je crains que la mienne ne    vienne t’affecter de façon négative. Tout ce que je peux t’apprendre se limite donc aux bases des techniques à la lance et aux méthodes d’entraînements appropriées. »

« J’ai pu me rendre compte à quel point ta lance est déjà parfaitement stable. L’on peut dire que tu as atteint le point où ta lance est aussi immobile qu’une statue en métal. Mais en revanche, elle n’est pas rapide. Tu n’as pu exécuter qu’un seul mouvement là où j’en réalisais deux. Tu n’arriveras pas à rattraper Zhu Yan avec une vitesse pareille !

Si elle ne parvient pas à atteindre son adversaire, une lance a beau être stable, c’est inutile. Regarde donc ! » termina Hong Xi en se retournant et en donnant un coup de poing dans un tronc d’arbre. Les feuilles d’automne déjà jaunes et pâles tombèrent en pagaille.

Une étincelle de lumière traversa les yeux de Hong Xi. La lance qu’il avait dans les mains s’élança comme un serpent meurtrier.

« Vlan ! Vlan ! Vlan ! » L’ombre de la lance éclipsa le ciel !

Sa vision avait beau être excellente, Lin Ming n’était pas capable de voir clairement la pointe de la lance de Hong Xi.

Il fut contraint d’utiliser sa force d’âme pour parvenir à suivre ses mouvements. A chaque coup de lance, le fer venait transpercer une feuille, avant de revenir à sa position de départ pour repartir aussitôt en direction d’une autre feuille. De la sorte, une série de feuilles vinrent s’accumuler sur la pointe de la lance.

Le nombre de feuilles qui tombaient diminuait à vue d’œil à mesure que la lance de Hong Xi virevoltait dans toutes les directions. En l’espace de quelques respirations, Hong Xi avait rassemblé une épaisse pile de feuilles.

Finalement, pas une seule d’entre elles ne toucha le sol. Lin Ming resta bouche bée devant la merveilleuse démonstration à laquelle il venait d’assister.

Il fallait noter que le fer de la lance de Hong Xi était particulièrement large, jusqu’à huit centimètres en son point le plus étendu. Mais ces feuilles qui tournoyaient en tombant étaient de forme elliptique ; et seul le grand axe mesurait plus de huit centimètres.

Ainsi, toutes les feuilles présentes sur la pointe de la lance de Hong Xi avaient été transpercées en un point quasi identique ; sans quoi certaines auraient été coupées en deux.

Lin Ming regarda le fer de lance et put voir que les quelques dizaines de feuilles qui s’y trouvaient été empilées de façon bien ordonnée, comme si elles avaient été volontairement rangées de la sorte.

Hong Xi avait réussi à percer en un point bien précis ces petites feuilles dont le point le plus large ne dépassait pas une petite dizaine de centimètres, et cela alors qu’elles tournoyaient en tombant.

De plus, il n’en avait pas manqué une seule, pas plus qu’il n’en avait tranché en deux. Lin Ming fut impressionné par la maîtrise que Hong Xi avait sur sa force.

Non seulement sa lance était rapide, mais il contrôlait parfaitement sa puissance.

Comme le disait le dicton, un mois pour utiliser un bâton, un an pour entraîner un poing et encore davantage pour maîtriser une lance !

La difficulté du maniement de la lance était élevée. C’était une arme destinée à frapper d’estoc, longue, malcommode à empoigner et ardue à contrôler. Hong Xi aurait eu plus de facilité à réaliser ce qu’il venait de faire avec une épée.

L’épée était plus rapide que la lance, en plus d’être plus précise. Mais elle ne tenait pas la comparaison en terme de puissance.

Ce qui venait de se passer eut l’effet d’une révélation pour Lin Ming.

« Entraîne-toi à la lance de la sorte. Jusqu’à ce que tu sois capable de porter plusieurs dizaines de coups en seulement quelques respirations. Mais sans frapper à l’aveugle pour autant ; chacun de tes mouvements doit être précis. Tu dois apprendre à contrôler ta force jusqu’à être capable d’attaquer et de te retirer librement ! Essayer de transpercer ces feuilles pendant qu’elles tombent est une excellente méthode d’entraînement », lui dit Hong Xi.

« Ces feuilles sont particulièrement fragiles, tu ne feras que les couper si tu doses mal ta force ou que tu ne vises pas assez bien. Si tu parviens à en assembler autant que moi à la pointe de ta lance, alors tu pourras considérer que tes compétences ont atteint l’étape du petit succès. Mais tu ne disposes que d’un mois de pratique intensive ; il t’en faudra bien davantage pour t’exercer à la lance. Ne sois jamais irresponsable, dans tes paroles comme dans tes actes, et n’ai pas les yeux plus gros que le ventre. Pour le moment, ne cherche pas à contrôler ta force, mais essaie plutôt de faire tout ce que tu peux pour maximiser la vitesse de ta lance jusqu’à ses limites, de sorte à pouvoir poursuivre l’épée de Zhu Yan.

« Je comprends. »

Lin Ming avait beaucoup appris de ce bref échange avec son instructeur, Hong Xi.

« Très bien. Alors entraîne toi par toi-même. Tu devrais avoir de quoi t’occuper pour un certain temps. Je reviendrai par la suite pour poursuivre ton apprentissage. »

« Merci, instructeur Hong XI. »

« Heh, ne me remercie pas ! Pour le moment je peux t’enseigner des choses, mais plus tard je ne pourrais même pas faire la queue pour espérer t’approcher », lâcha Hong Xi en riant. Il utilisa une technique de déplacement et disparut à travers la forêt.

Après son départ, Lin Ming observa les feuilles jaunâtres qui parcouraient les branches de l’arbre. Il secoua vigoureusement Eclair Lunaire qu’il tenait dans ses mains, sa lance n’était pas vive. Ses compétences étaient féroces et puissantes, mais cela ne servait à rien si elles ne parvenaient pas à atteindre Zhu Yan.

« Bim ! » Lin Ming frappa l’énorme tronc d’arbre et de nombreuses feuilles s’en détachèrent pour tomber en tournoyant. Lin Ming se concentra sur ses feuilles et sa lance commença à s’élancer rapidement.

« Cric, cric, cric… »

Les feuilles étaient déchiquetées par Eclair Lunaire.

Lin Ming avait beau essayer de les ficher sur la pointe de sa lance, la chose s’avérait plus facile à dire qu’à faire. Alors qu’elles tombaient, les feuilles tournaient sur elle mêmes en décrivant des cercles. Il fallait arriver à frapper l’axe le plus large au moment précis où celui-ci s’alignait parallèlement avec la pointe de la lance. C’était le seul moyen d’arriver à les transpercer sans les déchirer pour les rassembler. Mais pour le moment, Lin Ming était loin d’y arriver.

Plusieurs dizaines de feuilles étaient tombées, Lin Ming en avait découpé certaines en deux et d’autres étaient venues se déposer au sol. Il n’y en avait que quelques-unes sur la pointe d’Eclair Lunaire.

Je devrais peut-être revoir mes ambitions. Ces toutes petites feuilles ovales ne sont pas adaptées pour le moment…pensa Lin Ming.

Il se rabattit ainsi sur un autre arbre, dont les feuilles étaient cette fois-ci en forme de cœur et mesuraient la taille d’une paume de main humaine. De la sorte, peu importe l’angle, la feuille viendrait se ficher sur le fer de lance tant qu’il parvenait à la frapper en son centre.

Celles-ci feront bien l’affaire, allons-y ! 

Les jours passèrent en se ressemblant. Lin Ming occupait ses matinées à renforcer son corps à la Chute du Bassin Glacial. Il utilisait le neuvième niveau de difficulté, afin de pousser son organisme dans ses retranchements et de déclencher son intuition martiale ésotérique. Puis, Lin Ming exerçait ses arts de la lance jusqu’au coucher du soleil ; avant de passer ses soirées à développer Fluidité de la Soie et à cultiver la Formule de l’Authentique Chaos Primordial.

Dis jours passèrent en un clin d’œil. L’intuition martiale ésotérique de Lin Ming devenait incroyablement stable. Au début, il fallait qu’il se mette en difficulté tout en maintenant sa condition grâce à une Pilule d’Unicité Elémentaire de haut niveau et une pierre de véritable énergie pour parvenir à l’atteindre. Mais désormais, Lin Ming n’avait plus qu’à méditer en dessous de la chute d’eau pour déclencher spontanément son intuition martiale ésotérique.

Grâce à tout ce temps passé à s’entraîner de la sorte, la Formule de l’Authentique Chaos Primordial de Lin Ming avait finalement atteint le deuxième niveau. Sa véritable énergie avait encore gagné en densité, sa force en explosivité et sa vitesse en vivacité.

Un soir, Lin Ming était assis dans sa chambre où il méditait depuis déjà un certain temps. Il sortit calmement la récompense qu’il avait gagnée en tant que candidat à la première place de l’examen d’entrée – la Pilule de Moelle du Dragon d’Or Pourpre !

Cette dernière était le fruit d’un mélange complexe de moelle osseuse d’un dragon d’or pourpre avec de nombreuses herbes médicinales onéreuses.

La moelle d’un dragon d’or pourpre était aussi précieuse qu’elle était difficile à trouver. Quant aux herbes médicinales et autres composants, il s’agissait également de matériaux de haute qualité et peu communs. Sans parler du fait qu’il fallait un alchimiste très expérimenté pour réaliser le mélange et produire la pilule. Un alchimiste de ce niveau venait généralement d’une secte importante. Un individu ordinaire ne pouvait pas espérer les approcher, pas plus qu’il ne pouvait leur demander de leur confectionner une telle pilule. Quoiqu’ils pourraient être amenés à accepter, mais pas sans exiger des sommes astronomiques.

Par conséquent, le Royaume du Grand Avenir n’avait jamais produit de Pilule du Dragon d’Or Pourpre. De plus, personne ne pouvait en acheter, pas même la famille royale ; son prix ne pouvant se mesurer en or.

Lin Ming sortit un Symbole Inférieur de Guérison de l’Esprit qu’il avait préparé à l’avance. Il s’était entraîné durement pendant deux semaines pour réaliser deux de ces symboles. Le premier avait déjà été utilisé sur la Pilule Ecarlate du Serpent Doré, et le second était naturellement destiné à la Pilule de Moelle du Dragon d’Or Pourpre.

D’ordinaire, un artiste martial ne pouvait absorber qu’une petite partie de l’effet d’une pilule, tandis que le reste se dissipait. Mais ce symbole que Lin Ming avait réalisé permettait de contrôler et de stimuler les pilules. De ce fait, la partie de l’effet qui aurait pu se dissiper infiltrait plutôt le corps de l’artiste martial pour être absorbée sur le long terme. L’efficacité de la pilule était donc grandement améliorée, de plusieurs fois.

Lin Ming brisa le papier à symbole dans ses mains. Le symbole qui s’y trouvait se transforma en une brillante flamme rouge qui vint immédiatement se déposer sur la Pilule de Moelle du Dragon d’Or Pourpre. Fusionnant petit à petit, un symbole d’inscription à l’apparence d’une flamme apparut au centre de la pilule.

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 99 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.