Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 91

Chapitre 91: Défié par la pointe de la lance

Sur la place bordant l’autel de la Matrice des Dix Mille Morts-

Zhu Yan fixait Lin Ming du regard, les yeux plissés. Son apparence était revenue à la normale, quoique toujours aussi glaciale.

Ils se regardaient l’un l’autre avec indifférence. Leur opposition se terminerait par une confrontation tôt ou tard, mais Zhu Yan n’avait pas imaginé que ce jour puisse arriver aussi vite.

Lan Yunyue se tenait tranquillement dans un coin de la place, à l’orée des bambous en forme d’épées. Ces caractères inattendus sur la pierre du classement l’avaient éberluée. Elle assistait confuse à l’opposition entre Zhu Yan et Lin Ming. Comment les choses avaient-elles pu en arriver là… ?

Dans l’audience, de nombreuses personnes étaient encore abasourdies par ce résultat. Alors, l’aîné responsable de la matrice prit la parole :

« Je te félicite d’avoir atteint la soixante-deuxième place Lin Ming. Selon les règles de la Maison Martiale, dès lors qu’un disciple atteint les quatre-vingts premières places, il obtient le droit de défier un disciple du Domaine Céleste. S’il remporte ce défi, il prend la place de celui qu’il a battu au sein du Domaine Céleste, et le perdant est rétrogradé au Domaine Terrestre. »

Le Domaine Céleste comportait exactement soixante-douze disciples. C’était plus leur capacité au combat que leur classement qui leur valait leur place. Effectivement, leur force réelle n’était pas nécessairement équivalente à leur position sur la Pierre du Classement.

Quoique la Matrice des Dix Mille Morts fût bien destinée à évaluer la force basique des participants, le procédé d’évaluation créait des disparités. Par exemple, un disciple spécialisé dans le combat furtif et l’assassinat n’était pas du tout à son aise avec le style de combat direct et précipité de la matrice. Alors qu’en terme d’efficacité pour éliminer un adversaire, il pouvait largement dépasser son classement.

D’où le fait que les règles de la Maison Martiale permettaient de défier l’un des soixante-douze membres du Domaine Céleste dès lors que l’on atteignait au minimum le top quatre-vingt. De manière générale, la plupart des défis étaient émis à l’encontre du disciple le moins bien classé du Domaine Céleste.

Lin Ming regarda la Pierre du Classement. Les noms des disciples du Domaine Céleste y étaient plus larges et contrastés. L’on voyait immédiatement que le dernier du Domaine Céleste était une fille de dix-sept ans, répondant au nom de Bai Rongrong et classée soixante-quinzième.

Il s’avérait que cette dernière était justement présente. Elle paraissait bien pitoyable tandis qu’elle regardait Lin Ming parcourir la Pierre du Classement du regard. Elle était consciente de n’avoir aucune chance face à lui. Il avait été capable d’atteindre la soixante-deuxième place en quatre bâtons d’encens et une respiration de temps ; même s’il y en avait deux comme elle, Bai Rongrong ne nourrissait aucun espoir fantaisiste de parvenir à surpasser un génie aussi monstrueux.

Elle allait au moins devoir faire bonne figure, ne pouvant tout simplement pas jeter l’éponge et admettre sa défaite. Elle devait le combattre en donnant le meilleur d’elle-même, et à la loyale. Son seul espoir était que ce type anormal fasse preuve d’un peu de pitié et qu’il ne soit pas trop cruel…

Bai Rongrong était bien consciente de sa situation. Elle s’était déjà résignée face au destin qui l’attendait.

De nombreuses personnes la regardèrent, s’attendant tous à ce qu’elle perde misérablement. Les femmes pouvaient plus facilement susciter de la sympathie ; en particulier elle, qui était toujours sérieuse et assidue. Si ça avait été un homme qui s’était retrouvé à sa place, il y aurait eu de grandes chances que la plupart de ceux qui assistaient à la scène se soient réjouis de son malheur.

« As-tu pris ta décision ? » demanda l’aîné à Lin Ming.

« Mmm, oui, je me suis décidé », répondit Lin Ming. « Toutefois, j’aurais une question. Y a-t-il une quelconque restriction quant à la date du défi ? »

« C’est toi qui décide, mais de préférence dans le mois à venir. Si ton classement descend du top quatre-vingt, tu perds également les qualifications et ton défi est annulé. »

« Je vois… merci gardien apprenti supérieur. »

« Du coup, quel est ton choix ? J’ai besoin d’un nom pour faire remonter les éléments à l’aîné du Domaine Céleste responsable de ces affaires. »

« Ce défi aura lieu d’ici un mois, quant à mon adversaire… » Lin Ming tourna la tête. Soulevant sa lance, il la pointa directement vers quelqu’un qui le regardait en plissant les yeux.

« Je choisis de défier Zhu Yan ! »

Zhu Yan ?

Un frisson parcouru l’assemblée. En particulier Bai Rongrong, dont le visage laissait apparaître une expression incrédule.

Un silence absolu s’abattit sur la place. Lin Ming avait choisi d’affronter Zhu Yan ?

Certains pensèrent avoir mal entendu, mais la direction dans laquelle pointait la lance de Lin Ming ne laissait aucune place au doute quant à son intention.

Défier par la pointe de la lance, il n’y avait pas de provocation plus directe et apparente.

Zhu Yan, classé trente-deuxième. Ce Lin Ming ne cesserait pas d’impressionner !

« Ce type… il est juste… il est complètement timbré ! » laissa échapper Murong Zi. « Non, c’est moi qui suis folle. Si ce Lin Ming est dingue et qu’il n’arrête pas de faire des choses dingues et de créer des miracles complètement aberrants, alors si ce n’est pas lui qui est fou, c’est moi ! » continua-t-elle en bafouillant.

Bai Jingyun était également étonnée. Ce Lin Ming était téméraire, à la limite de l’imprudence. Mais quel courage ! Il prévoyait de surpasser Zhu Yan en un mois.

La difficulté était exponentielle à mesure que quelqu’un progressait dans le classement. Il n’était pas ardu d’avancer de la cent soixante-deuxième place à la cent trente-deuxième ; toutefois, les difficultés pour passer de la soixante-deuxième à la trente-deuxième étaient sans commune mesure.

Bai Jingyun avait mis une année entière à progresser de la soixante-cinquième place à la vingt-sixième où elle était désormais.

Quoique cette progression puisse paraître impressionnante, elle ne l’était pas tant en réalité. Tout simplement car vingt disciples avaient quitté l’école entre l’année précédente et celle-ci, vingt disciples qui devançaient Bai Jingyun dans le classement. Par conséquent, elle n’avait réellement progressé que de dix-neuf places.

« Ça devient intéressant » s’exclama Ta Ku, un sourire fiché au coin des lèvres.

« Je ne suis pas venu pour rien ! Il semblerait que Lin Ming en veuille à Zhu Yan. Sinon pourquoi s’embêterait-il à viser si haut ? »

« Mmm, vraiment une relation affreuse. J’ai senti une intention meurtrière émaner du corps de Zhu Yan un peu plus tôt, mais il s’est empressé de la cacher. Pointer sa lance vers lui comme l’a fait Lin Ming est vraiment une provocation manifeste », dit Ling Sen. Il avait été capable de ressentir la très courte explosion d’intention meurtrière de Zhu Yan grâce à ses sens aigus de perception développés sur les champs de bataille. De plus, il était particulièrement sensible à ce genre d’aura grâce à son inspiration martiale, Ashura.

« Zhu Yan est quelqu’un d’impitoyable. Il a beau venir d’un milieu aristocratique, ça ne l’empêche pas d’être entièrement dédié à sa pratique des arts martiaux. Il est très fort et ne manque pas d’ambition. Ça ne m’étonnerait pas qu’il rejoigne le gouvernement dans le futur. Même moi j’ai toujours fais attention à lui. Lin Ming qui défie Zhu Yan, je suis vraiment impatient de voir ça ! » dit Ta Ku, se léchant les lèvres d’excitation. Faisant partie de l’armée, il valait mieux pour lui qu’il reste à l’écart de ces conflits.

Quel allait-être le résultat d’ici un mois ? Personne n’osa y aller de sa supposition.

Plus tôt, tout le monde aurait été unanime pour dire que Lin Ming était un idiot qui avait les yeux plus gros que le ventre. Mais désormais, il n’avait eu de cesse de créer des miracles et plus personne n’osait le regarder de haut.

« Mmm, comment ? Lin Ming a défié Zhu Yan ? Et en le pointant directement avec sa lance ?! Est-ce possible qu’ils soient en inimitiés ? » Au Palais de l’Est, le Prince Héritier venait de recevoir les dernières nouvelles.

« Il l’a défié à voix haute en le pointant avec sa lance. C’est vraiment inhabituel. Il doit forcément y avoir quelque chose entre ces deux-là », ajouta Muyi.

« Si c’est le cas, mes chances viennent d’augmenter. Ce Zhu Yan est un cousin de mon dixième frère, il l’a déjà ouvertement rejoint. Ils partagent gloire et défaite. Cependant, je n’ai aucune idée du rapport que peuvent avoir Lin Ming et Zhu Yan. Il semblerait qu’il y ait des lacunes dans mes informations… »

Hormis Lin Xiaodong, peu de gens étaient au courant de l’histoire entre Lan Yunyue et Lin Ming. Les éléments récoltés par les informateurs concernaient essentiellement son milieu familial et la situation de ses parents, ce n’était pas du tout un rapport exhaustif.

« Bling ! » La tasse dans les mains du Dixième Prince se brisa en morceaux. Il avait reçu un talisman de transmission sonore similaire à celui du Prince Héritier.

Lin Ming avait défié Zhu Yan en le pointant avec la pointe de sa lance, ce n’était définitivement pas bon signe. Pourquoi Lin Ming l’aurait spécifiquement défié lui, alors qu’il était largement mieux classé que plus de la moitié des disciples du Domaine Céleste, s’il n’y avait pas d’inimitié entre eux ?

« Rahh, ce Zhu Yan me cause vraiment des problèmes ! »

Les sourcils du Dixième Prince se courbèrent en se redressant vers le haut comme des cimeterres. Zhu Yan appartenait à la branche maternelle de sa famille. De manière générale, un prince, un roi, un empereur ou n’importe qui exerçant un poste d’importance aurait tendance à diminuer au maximum l’influence de la famille de son épouse ou de sa mère.

Il y avait trop d’exemples dans l’histoire de coups d’états fomentés par la famille de l’épouse ou de la mère d’un monarque. Cela s’expliquait par le pouvoir et l’influence que la mère ou l’épouse transmettait, de par sa position, au reste de sa famille ; qui nourrissaient rapidement des aspirations élevées et complotaient à base d’intrigues et de conspirations pour prendre le contrôle de la cour. Des rebellions s’en suivaient inévitablement, amenant trop souvent la branche maternelle ou la belle-famille à prendre le pouvoir.

Mais la période actuelle était cruciale au Dixième Prince dans sa course au trône. Tout ce qui pouvait accroître sa force, sa notoriété ou sa position était bienvenu. Zhu Yan étant quelqu’un de talentueux, le Dixième Prince n’avait pas hésité à le laisser travailler pour lui en tant que subordonné, mais ce n’est pas pour autant qu’il le considérait comme un de ses hommes de confiance. Quelqu’un comme Zhu Yan était trop ambitieux pour être honnête et fidèle.

« Transmettez mes ordres ; que Zhu Yan vienne me voir dès ce soir ! » Le Dixième Prince souhaitait enquêter à propos des motifs derrière la querelle entre Zhu Yan et Lin Ming. Afin de voir s’il était encore possible de les réconcilier et d’amener Lin Ming dans son camp.

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 91 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.