Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 70

Chapitre 70: La Chute du Bassin Glacial

« Zhu Yan, tu as vraiment surestimé ce Lin Ming. Je me suis dit qu’il devait être assez exceptionnel au regard de son résultat lors de la Guerre du Classement, mais il semblerait plutôt qu’il n’y a que sa chance qui le soit. Il a dû avoir des rencontres fortuites, ce qui explique que sa force ait rapidement augmentée. Mais tôt ou tard ça deviendra inutile. Regarde ces deux sets de manuels, comment est-ce qu’il pourrait espérer faire face à d’autres experts en s’appuyant là-dessus ? » dit Zhang Cang avec assurance en voyant les choix de Lin Ming.

Zhang Cang considérait qu’avec son talent, Lin Ming ne parviendrait à rien avec ces deux manuels. La seule chose qui allait augmenter si Lin Ming s’obstinait à pratiquer ces techniques futiles, c’était la disparité entre eux deux.

« Haha, il n’a pas osé choisir une méthode de cultivation difficile car il sait qu’il n’a pas le niveau. Quel genre de compétence martiale ce type d’individu, dénué de tout semblant d’assurance, peut espérer développer ? »

Zhu Yan fronça légèrement les sourcils en entendant les railleries de Zhang Cang.

« Je te conseille de ne pas avoir une petite opinion de ton adversaire et de ne pas le sous-estimer. Lin Min manque peut-être de confiance en lui, mais n’oublie pas qu’il a battu le record de Ling Sen au cours de l’Epreuve du Rêve, épreuve qui sert à éprouver le cœur des arts martiaux », lui dit-il en reposant le feuillet en jade.

A ces mots de Zhu Yan, Zhang Cang se tut immédiatement. Il avait eu besoin de trois quarts d’heure pour réussir l’Epreuve du Rêve lors de son examen d’entrée. Son résultat était donc nettement moins bon que celui de Lin Ming. Zhang Cang savait pertinemment ce que cela signifiait de parvenir à triompher de cet obstacle en moins de temps qu’il n’en faut à un bâton d’encens pour se consumer.

« Continuons de regarder. Je veux voir quelle compétence martiale il a choisi. »

Ils reprirent ainsi leurs recherches, et, après un long moment, finirent par trouver le nom de Lin Ming sur l’étiquette d’un feuillet en jade incomplet.

« Le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps, soixante-dix pour cent du contenu est manquant », s’exclama Zhu Yan en écarquillant les yeux, lui qui était d’ordinaire assez calme.

Lin Ming était-il dément ?

Zhu Yan ne connaissait pas le grade ni le niveau de cette compétence, mais il estima qu’elle devait être du degré terrestre de grade bas. Il n’y avait aucune chance pour qu’une compétence martiale de ce niveau soit accessible à des personnes extérieures à la secte. S’il y avait eu la moindre possibilité que quelqu’un puisse y trouver une inspiration, alors jamais cette compétence ne se serait retrouvée dans le dépôt de la Maison Martiale des Sept Véritables.

Zhu Yan n’avait aucunement hésité à ignorer cette compétence martiale lorsqu’il avait eu à choisir les siennes. Sans parler de lui, même le talent numéro un du Domaine Céleste de la Maison Martiale, Zhang Guanyu, ou la disciple principale, Qin Xingxuan, n’auraient pas été présomptueux au point de considérer le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps. Comme le disait l’expression, qui trop embrasse mal étreint.

Lin Ming était juste dément ! S’il n’avait rien choisi d’autre que les Fondements de la Lance et les Fondements des Déplacements, Zhu Yan aurait pu être amené à considérer qu’il y avait peut-être une raison profonde et mystérieuse derrière les choix de Lin Ming ; mais vu qu’il avait également jeté son dévolu sur le Poing Briseur d’Os qui déchire le Corps, Zhu Yan se dit simplement que Lin Ming était un idiot fini.

« Ce Lin Ming, en plus de ne pas avoir le niveau, semble avoir les idées en désordre. Il faudrait avoir l’esprit d’une truie pour choisir une compétence martiale pareille », lâcha malicieusement Zhang Cang. Zhu Yan ne trouva d’ailleurs rien à redire ; il ne saisissait pas ce que pouvait bien penser Lin Ming.

Il ajouta toutefois :

« Zhang Cang, ses choix ont beau être anormaux, il n’y a aucune raison de ne pas être prudent. Il n’y a rien de mal à ne pas prendre un adversaire à la légère. Lin Ming est tout de même à la cent vingt-sixième place de la Pierre du Classement. C’est probablement dû au fait qu’il a ingéré la Pilule de Moelle du Dragon d’Or Pourpre et la Pilule Ecarlate du Serpent Doré, mais ça m’étonne grandement qu’il ait été capable de les absorber avec autant d’efficacité… »

« Sois tranquille, il est loin d’être à ma hauteur. Encore vingt jours avant notre duel. Je vais le vaincre, complètement et avec soin. »

« Mmm. Tu ne dois pas seulement gagner, mais aussi le détruire psychologiquement. Humilie-le autant que faire se peut sans outrepasser les règles de la Maison Martiale. Tu peux même le blesser sévèrement, voir l’estropier. Comme ça, même si son corps est soigné avec des remèdes rares et précieux, il conservera un handicap toute sa vie qui affectera sa capacité à pratiquer les arts martiaux. Ce Lin Ming nourrit l’espoir de m’affronter car il a eu un peu de chance, et en plus de cela il voudrait me disputer ma femme. Je le broierai sous mes pieds, jusqu’à ce qu’il soit incapable de s’en remettre ! » dit Zhu Yan, le regard froid ; ses poings se serrant inconsciemment, comme s’il tenait Lin Ming dans ses mains et qu’il pouvait le réduire en poussière.

Les salles d’entraînement de la Maison Martiale des Sept Véritables étaient divisées en sept matrices mortelles majeures représentant l’or, le bois, l’eau, le feu, la terre, le vent, ainsi que la foudre. Il s’agissait du Hall des Soldats Dorés, du Sentier des Pantins en Bois, de la Chute du Bassin Glacial, de la Cave de Lave, du Versant Rocheux, de la Gorge des Vents Effrénés, ainsi que de la Vallée du Tonnerre.

Ces sept salles d’entraînement majeures n’étaient pas des matrices magiques conventionnelles, mais de véritables matrices mortelles. Une matrice magique se limitait à la création d’illusions pour l’esprit. Peu importe le degré de réalisme des illusions, elles étaient, par nature, incapables d’altérer l’intégrité physique. Ainsi, même s’il était possible de duper l’esprit, au point de le faire mourir dans la matrice, une fois réveillé, le songe se dissipait. Il était donc impossible de renforcer le corps physique de la sorte. Les matrices mortelles étaient, par conséquent, les seules capables d’éprouver le corps pour l’amener à atteindre son plus haut potentiel.

Il pouvait y avoir un total de douze personnes utilisant chacune des sept matrices mortelles majeures en même temps. Les places étaient limitées à cause de la consommation très élevée de pierres de véritable énergie utilisées pour l’activation et l’entretien ; consommation qui était plusieurs fois supérieure à celle requise pour les matrices magiques. De ce fait, le temps alloué à chacun était fonction du rang sur la Pierre de Classement.

Une demi-journée par mois pour ceux en-deçà de la cent quatre-vingtième place.

Un jour complet pour ceux entre la cent cinquantième et la cent quatre-vingtième place.

Quant à ceux classés à la cent-cinquantième place et au-delà, il y avait un grand nombre de modalités différentes, et le temps accordé l’était à l’heure près. Après la cinquantième place, le temps accordé augmentait toutes les dix places. Quant aux trois premiers, ils avaient droits à dix jours par mois. Si l’on déduisait les moments de repos, indispensables, et le temps consacré à la pratique des techniques, cela revenait à dire qu’ils pouvaient s’entraîner à l’intérieur d’une des matrices mortelles majeures quand ils le souhaitaient.

Lin Ming avait analysé le feuillet en jade contenant les informations le concernant. Il était classé cent vingt-sixième et disposait de vingt-quatre heures, répartissables en deux fois douze heures complètes, ou à sa guise. Il fallait réserver à l’avance, et peu importe que vous vous présentiez ou non au moment de votre réservation, elle était comptabilisée d’office.

Les sept matrices mortelles majeures se trouvaient à des endroits différents sur le territoire des Sept Profondes Vallées. Il y avait un système de matrice de transmission dans chacune d’elle afin d’y accéder. Les entraînements de tous les disciples étaient arrangés par le bureau administratif des matrices de transmissions.

« A tous les nouveaux élèves, vous avez la chance de pouvoir accéder à la matrice de votre choix pour une heure. Cet essai ne comptera pas dans votre temps total. Vous devriez voir avec l’aîné responsable des matrices pour choisir une difficulté adaptée avant de commencer. Voici un tableau qui fait office de référence avec la difficulté approximative de chacun des niveaux et le classement correspondant. Vous devriez y jeter un œil », dit calmement l’aîné en charge de la matrice de transmission. Après quoi il enregistra les scores de tout le monde, leur donnant en même temps le tableau de référence.

Lin Ming le regarda. Son classement correspondait au septième niveau de difficulté.

Parmi l’or, le bois, l’eau, le feu, la terre, le vent, ou encore la foudre, laquelle des matrices devait-il choisir ?

Alors que Lin Ming hésitait, Hong Xi prit la parole :

« Je vous préviens, ces sept matrices mortelles majeures c’est du sérieux. Vous risquez de terminer sévèrement blessé si vous faîtes une erreur à l’intérieur. Ne choisissez par conséquent pas un niveau de difficulté trop élevé, ou plus élevé que vous ne pensez pouvoir gérer. De plus, ne choisissez pas la Vallée du Tonnerre, seulement l’une des six autres. N’hésitez pas à prendre une Pilule de Rassemblement de l’Âme si vous en avez. Vous ne disposez que d’une heure, mais cela reste un temps précieux. Cet exercice pourrait-être à même de stimuler le potentiel de votre corps. »

Lin Ming avait justement une Pilule de Rassemblement de l’Âme sur lui. Suivant le conseil de Hong Xi, il l’utilisa.

Il ne pouvait pas choisir la Vallée du Tonnerre ? Etait-elle trop difficile ? Ou y avait-il une autre raison ? Lin Ming ne demanda pas, et opta finalement pour la Chute du Bassin Glacial.

Les sept matrices d’entraînement majeures s’appuyaient sur l’environnement du terrain où elles étaient situées pour façonner leur domaine. Leur conception s’adaptait ainsi à la topographie des lieux, leur conception étant particulièrement ingénieuse.

Lin Ming choisit la Chute du Bassin Glacial. A l’origine, c’était une cascade naturelle des montagnes Zhou, mais après les transformations apportées par la matrice, l’eau de la chute s’écoulait désormais avec un rythme et une puissance formidables. Le bassin qui se situait en dessous de la chute était également devenu incomparablement froid, au point que l’eau qui s’y trouvait semblait transpercer les os.

En arrivant au canyon où se trouvait la Chute du Bassin Glacial, Lin Ming entendit au loin un bruit semblable au grondement du tonnerre, comme s’il y avait un tremblement de terre. La chute des montagnes Zhou était la plus haute du Royaume du Grand Avenir, mesurant quatre-vingt-onze mètres de son point le plus élevé à celui le plus bas. L’eau se précipitait directement depuis le sommet, en conservant toute la force du courant ; se placer en dessous revenait à supporter le poids d’une masse s’abattant sans discontinuer. Le bassin qui se trouvait en dessous avait été creusé par l’eau au cours des dix mille dernières années ; la profondeur atteignait déjà trois cents mètres. Même un maître à l’étape de la Condensation de l’Impulsion reculerait au premier coup d’œil devant la terrifiante pression qu’exerçait l’eau.

Lin Ming arriva à hauteur de la Chute du Bassin Glacial, il y avait un rideau d’eau géant, comme si tout le bassin fumait abondamment. Cette averse torrentielle résultait de la quantité incommensurable d’eau qui éclaboussait jusqu’à près de dix ou quinze mètres de haut. Le grondement qui se dégageait de la chute d’eau vint même faiblement secouer le cœur de Lin Ming, de par sa résonnance.

« Quelle chute d’eau ! » cria Lin Ming, le cœur rempli d’émotion. C’était la première fois qu’il voyait une merveille naturelle aussi spectaculaire.

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 70 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.