Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 69

Chapitre 69: L’Entraînement Musculaire, Fluidité de la Soie

Dans les montagnes reculées, au cœur d’une clairière calme et isolée, Lin Ming était assis sur une table en pierre au milieu de son jardin. A la faveur d’une paisible matinée d’automne, il avait quitté la chaleur de son lit aux aurores, afin de préparer au mieux son esprit en inhalant l’air frais de la montagne. Il méditait en toute tranquillité, tandis que des feuilles d’automne tombaient en tournoyant autour de lui et sur ses épaules.

Le feuillet en jade du Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps reposait à côté de lui, sur la table en pierre. C’était une compétence martiale incomplète du degré terrestre. Bien qu’il possédât les Vertus Chaotiques des Méridiens de Combat pour s’aiguiller, Lin Ming devait déployer un très haut niveau de perception pour parvenir à les fusionner.

La perception ne dépendait aucunement du talent martial d’un individu, mais en revanche, un peu du talent d’âme. Et de ce côté-là, Lin Ming était au-dessus du lot à l’échelle du Royaume du Grand Avenir. Effectivement, le talent d’âme des artistes martiaux était généralement assez faible. Pourtant, Lin Ming avait un talent d’âme primaire de grade quatre, ce qui correspondait à un talent supérieur de grade équivalent en terme de cultivation.

Lin Ming débarrassa son esprit de ses pensées inutiles. Il était préparé à passer toute la journée à tenter de percevoir et de comprendre le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps.

Il déversa sa force d’âme à l’intérieur du feuillet en jade, faisant apparaître les écritures incomplètes du manuel dans son esprit.

Il manque l’introduction…

Soixante-dix pour cent des informations du Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps faisaient défaut. Peut-être qu’un talent sans pareil aurait été capable d’en pratiquer une petite partie si les failles dans le texte n’avaient concerné que la deuxième partie du manuel. Mais ce n’était pas le cas, il y avait des sections manquantes dès le début. De plus, la compétence était dénuée de son mantra de cœur, la rendant tout simplement impraticable.

Rien d’étonnant à ce que cette compétence soit restée prendre la poussière dans son rayonnage… Le concept de vibration de la véritable énergie a beau être simple, il n’y a même pas une seule explication qui ne détaille par où commencer avec le mouvement de la main. Il manque le passage censé le développer.

Néanmoins, Lin Ming possédait les mémoires du fragment d’âme, au sein desquelles se trouvait le concept d’Entraînement Musculaire Fluidité de la Soie. Bien qu’elles fussent basiques et évasives, cela constituait un point de départ.

Lin Ming fit ainsi comme si ces deux manuels n’en formaient qu’un. Et alors qu’il méditait autour de cet amas d’informations, une vague intuition naquit en lui, comme s’il était en train de déceler l’origine de Fluidité de la Soie.

« Respirer… » marmonna-t-il dans sa contemplation.

L’amorce de la vibration de la véritable énergie vient de la respiration !

Il avait appris, par le biais des mémoires du fragment d’âme, que le corps humain était composé de millions et de millions de minuscules unités. Le squelette, les muscles, le sang, ou quoi que ce fût d’autre, tout était constitué de ces éléments infimes, plus petits que des grains de sable. Néanmoins, malgré leur petitesse, leur structure était particulièrement complexe et elles jouaient des rôles variés au sein du corps humain. Il était possible de distinguer ces minuscules éléments lorsque la cultivation atteignait un domaine suffisamment élevé, au point que la véritable énergie pût se condenser dans les yeux, repoussant ainsi les limites de la vision.

En réalité, chacune de ces unités microscopiques était vivante, à même de respirer.

Chez la plupart des individus, le rythme auquel respiraient ces unités était désordonné. Mais le fait d’atteindre le Large Succès de l’Entraînement Musculaire Fluidité de la Soie permettait de contrôler ce rythme. Ainsi, il était possible de le rendre homogène, en unifiant cette infinité d’unités de manière uniforme. C’était l’essence du principe de résonnance, le point de départ de Fluidité de la Soie, et l’origine de la vibration de la véritable énergie.

Toujours selon les mémoires de l’aîné, lors de sa conception, un être humain n’était qu’une seule de ces petites unités, amenée à grandir dans le ventre de sa mère. A ce moment, du fait de son unicité, sa respiration était constante. Par conséquent, l’on pouvait dire qu’à sa création, le souffle d’un embryon était pur.

Lin Ming fut soudainement éclairé.

Le vétéran ayant créé le Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps pouvait-il avoir découvert le secret à propos de ces petites unités au sein du corps humain ? Il manquait la partie introductive de cette compétence martiale. C’était un aîné des Sept Profondes Vallées qui lui avait assigné la mention de degré terrestre de grade bas avant de s’en débarrasser. Toutefois, il apparaissait qu’elle ne fût pas vraiment adaptée.

Il y avait de grandes chances que ce soit une méthode d’un bien plus haut niveau.

Cependant, il n’était pas aisé de parvenir à unifier de manière homogène le rythme de respiration de ces unités. De plus, les instructions pour y parvenir étaient absentes du Poing Briseur d’Os qui Déchire le Corps. Lin Ming ne pouvait qu’essayer de reconstruire le puzzle en se basant sur les mémoires floues dont il disposait.

Ajuster l’état du corps à l’aide de véritable énergie afin de contrôler la respiration des unités microscopiques, pour finalement les amener à se stabiliser. Se répéta Lin Ming.

Toujours assis en tailleur sur sa table en pierre, il commença à faire circuler sa véritable énergie à travers son corps ; essayant sans discontinuer de faire correspondre le rythme de sa respiration avec celui de toutes les unités qui le constituait.

Au fur et à mesure, Lin Ming put sentir que sa respiration s’allongeait ; elle franchissait progressivement une limite subtile. Sa conscience commença alors à s’évanouir, et il fut gagné par un vide absolu. Les innombrables unités microscopiques à l’intérieur de son corps commencèrent à accompagner le rythme de ses inspirations et expirations, vibrant à l’unisson. Lin Ming fut parcouru par une sensation de brûlure intense, qui le balaya tel un raz-de-marée.

Il resta ainsi à méditer et réfléchir, immobile, tout au long de la journée.

Des feuilles tombaient sur ses épaules, sa tête et ses bras, mais il restait imperturbable.

. Lin Ming ne se réveilla de sa longue période de contemplation qu’après que le soleil se fût couché derrière les montagnes. Ses paupières se soulevèrent et il ouvrit doucement les yeux.

Cette étape de la Fluidité de la Soie est vraiment mystérieuse. J’ai passé un jour complet à méditer dessus pour n’obtenir qu’un semblant d’indice. Ce phénomène de vibration de la véritable énergie implique les secrets cachés du corps humain ; ce qui en soit est déjà trop abstrus pour la plupart des gens. C’est vraiment fantastique !

Bien qu’il n’ait pas vraiment progressé, Lin Ming connaissait désormais la direction à emprunter. S’il prenait le temps de méditer calmement, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il n’éclaircisse ce mystère.

Lin Ming mit le feuillet en jade de côté. Bien qu’il n’eût rien mangé de la journée, son ventre ne criait étonnement pas famine.

Avant de parvenir à l’Etape de la Condensation de l’Impulsion, les artistes martiaux étaient contraints de s’hydrater et de se nourrir comme le commun des mortels. De plus, un individu à la Condensation de l’Impulsion n’était pas capable de se passer de nourriture pour autant, seulement de tenir plus longtemps sans manger ; avant de terminer, à défaut de nourriture, par mourir.

Je n’ai même pas faim. Il semblerait que les petites unités à l’intérieur de mon corps se soient emplies de véritable énergie. L’Entraînement Musculaire Fluidité de la Soie est merveilleux ! Peut-être qu’après tout, cette force supérieure dont il est question ne fait pas référence à la force physique mais plutôt à la force de la véritable énergie. J’en atteindrai le Large Succès le jour où je parviendrai à utiliser librement ma véritable énergie, selon ma volonté.

Lin Ming ne put s’empêcher de laisser échapper un soupir plein d’émotions. Les Vertus Chaotiques des Méridiens de Combats étaient vastes et ésotériques. Les aînés des sectes du Domaine des Dieux n’avaient eu de cesse de les pratiquer et de les approfondir au cours d’innombrables décennies. Chacune des méthodes qui y étaient contenues rassemblait la somme d’une infinité d’expériences, éprouvées au cours du temps. Lin Ming venait simplement d’aborder la pointe de l’iceberg.

Ce sera tout pour aujourd’hui. Demain j’irai voir les sept matrices d’entraînement de la Maison Martiale des Sept Véritables. Je me demande quel genre d’effet mystérieux elles vont avoir sur ma cultivation.

Pendant le temps où Lin Ming méditait sur Fluidité de la Soie, Zhang Cang et Zhu Yan s’étaient rendus dans le dépôt de la Maison Martiale des Sept Véritables.

« Lin Ming vient de choisir une méthode de cultivation. Mais peu importe, un mois ne lui suffira pas », dit Zhu Yan, un feuillet en jade violacé dans les mains. Cette couleur signifiait que c’était une méthode de cultivation du degré humain de grade moyen.

« Je me demande quel type de méthode il a choisi », dit Zhang Cang.

Zhu Yan ricana :

« Ce Lin Ming tient sa force en trop haute estime. Il m’a menacé de me dépasser alors qu’il n’était qu’à la première étape de la Transformation du Corps. Il aura probablement opté pour une méthode de cultivation populaire et difficile à pratiquer. Et dans ce cas, peu importe que sa perception soit bonne, je ne lui laisserai pas le temps de s’entraîner… »

Il fallait réserver sa place pour pouvoir étudier les méthodes de cultivation les plus populaires et demandées. De plus, la période accordée dépendait du classement de la personne. Il arrivait ainsi parfois qu’une seule méthode de cultivation soit en attente pour cinq ou six, voir sept ou huit artistes martiaux à la fois. Dans ces conditions, si votre classement était bas, vous vous retrouviez à passer en dernier, n’ayant finalement quasiment pas l’occasion de l’examiner.

Toutefois, en règle générale, la plupart de ces disciples inscrits étaient des aînés, ayant déjà eu tout le loisir d’étudier ces méthodes de cultivation. A tel point qu’il ne leur était plus d’aucun bénéfice d’analyser les feuillets en jade. Il leur fallait essentiellement pratiquer davantage et en combats véritables.

Il n’existait néanmoins pas de règle pour les empêcher de réemprunter les feuillets. Aussi longtemps que Zhu Yan abusait de ses relations, Lin Ming n’aurait quasiment pas le loisir d’étudier la méthode de son choix.

Ce genre de méthode pour faire obstruction à un autre élève n’était pas interdite. Ainsi, bien qu’il ne pût pas directement s’attaquer à Lin Ming, Zhu Yan était à même de l’empêcher, de sorte à le dégoûter.

Zhang Cang et Zhu Yan regardèrent ainsi les étagères, à la recherche du nom de Lin Ming, en examinant les étiquettes en jade. Naturellement, ils commencèrent par regarder l’Art de l’Oblitération, les Neuf Yang Absolus, ou encore d’autre méthodes de cultivation de haut niveau ; néanmoins sans succès. Ils s’arrêtèrent et réfléchirent un moment, puis reprirent leurs recherches dans les méthodes de cultivation de plus bas niveau, toujours sans apercevoir l’ombre de Lin Ming.

« Mm ? Que se passe-t-il ? » interrogea Zhu Yan en fronçant légèrement les sourcils.

Zhang Cang s’exprima soudainement :

« Zhu Yan, c’est ici, je l’ai trouvé ! »

Zhu Yan s’approcha et aperçut le nom de Lin Ming sur une petite étiquette.

Mmm ? Il n’y a qu’un nom ?

Zhu Yan était quelque peu surpris. Cela signifiait que c’était une méthode de cultivation peu prisée.

« Fondements de la Lance ? »

Ce Lin Ming a choisi cette méthode de cultivation ? A quoi diable pensait-il ?

« J’ai également trouvé la deuxième », ajouta Zhang Cang.

Zhu Yan s’empressa de regarder. Il fut une nouvelle fois sous le choc.

« Fondements des Déplacements ?! »

Lin Ming avait choisi les Fondements de la Lance et les Fondements des Déplacements ?

Zhu Yan était confus, c’était inconcevable.

« Zhu Yan, tu as vraiment surestimé ce Lin Ming. Je me suis dit qu’il devait être assez exceptionnel au regard de son résultat lors de la Guerre du Classement, mais il semblerait plutôt qu’il n’y a que sa chance qui le soit. Il a dû avoir des rencontres fortuites, ce qui explique que sa force ait rapidement augmentée. Mais tôt ou tard ça deviendra inutile. Regarde ces deux sets de manuels, comment est-ce qu’il pourrait espérer faire face à d’autres experts en s’appuyant là-dessus ? » dit Zhang Cang avec assurance en voyant les choix de Lin Ming.

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 69 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.