Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 125

Chapitre 125: Un entraînement de forcené

L’aîné était complètement confus. Depuis quand y avait-il des monstres à l’intérieur de la Gorge des Vents Effrénés ?

Non, c’était impossible ! La matrice était utilisée quotidiennement ; il s’en serait rendu compte. Ou alors s’était-il trompé en réglant la difficulté ? Paniqué à cette idée, l’aîné se retourna pour regarder le panneau de contrôle de la matrice ; celle-ci était convenablement réglée sur le septième niveau.

Mais alors, qu’était-il arrivé à Lin Ming pour finir dans un tel état ?

Son jeu de jambes et son placement pouvaient-ils être aussi catastrophiques ?

Cela n’avait aucun sens. L’aîné se remémora l’image d’un Lin Ming inébranlable sur la scène de tournoi, pareil à une montagne millénaire. Il ne pouvait pas y avoir de problème de ce côté-là.

Lin Ming vit son incompréhension mais cela ne servait à rien de lui expliquer.

« Pourriez-vous également baisser la difficulté d’un niveau et régler la matrice sur le sixième palier ? » lui demanda-t-il.

La vélocité du vent était trop importante au septième niveau. Si bien que Lin Ming ne restait pas dans les airs suffisamment longtemps. A peine était-il arraché du sol et commençait-il à ressentir l’origine du vent qu’il s’écrasait contre la roche.

Il espérait améliorer les choses en diminuant la difficulté. Résister à la force du vent n’était d’aucune utilité pour en comprendre le principe. Du coup, la difficulté n’avait aucune importance.

« Vous voulez diminuer la difficulté ? » L’aîné n’y comprenait plus rien mais il n’eut pas le temps de trouver les mots pour demander des explications que Lin Ming était déjà reparti.

Il reprit le même entraînement et, après de nombreux essais, commença à avoir l’impression de parvenir à ressentir le concept de vent. Il voulait profiter de cette occasion pour arriver à franchir d’un seul coup le seuil qui l’en séparait.

A la fin de ses huit heures d’entraînement, Lin Ming avait probablement heurté la roche un bon millier de fois. De tels impacts ainsi répétés auraient eu vite fait de lui causer de multiples blessures internes s’il n’avait pas eu recours à des onguents supérieurs.

Mais cela ne l’empêcha pas de ressortir couvert d’éraflures. Pas une seule partie de son corps ne fut épargnée. Lorsqu’il eut terminé de se changer et qu’il réapparut en dehors de la Gorge des Vents Effrénés, l’aîné fut une nouvelle fois frappé de stupeur.

Un disciple du Domaine Céleste qui attendait avec lui se demanda qui cet énergumène couvert de sang pouvait bien être. Il n’avait évidemment pas reconnu Lin Ming.

Quel misérable disciple d’ordre inférieur avons-nous là ?Réduire la difficulté ne lui a pas traversé l’esprit? Qu’est-ce qu’il croit réaliser en faisant cela ?

« Jeune condisciple Lin, que faisiez-vous donc là-dedans ? » lui demanda avec effarement l’aîné en charge de la matrice.

« Je m’entraînais », répondit l’intéressé avec un léger sourire, avant de s’en aller aussitôt pour éviter d’avoir à développer.

Le disciple qui attendait là se tourna vers l’aîné pour lui demander : « Jeune condisciple Lin ? Quel Lin ? Lin Wu ? Je veux bien qu’il ne soit pas très doué mais il ne faut pas exagérer, il n’est pas mauvais à ce point-là ! »

L’aîné lui jeta un regard énervé et lui répondit sèchement : « Lin Ming ! »

« Lin Ming ? Haha, quelle bonne blague condisciple aîné supérieur ! Si Lin Ming peut ressortir dans cet état d’un niveau de difficulté pareil je m’engage à marcher à reculons à compter de maintenant. Haha ha ! »

« Faites bien comme vous voulez et si vous ne me croyez pas vous n’aurez qu’à regarder par vous-même la prochaine fois. »

L’aîné n’était pas d’humeur à discuter avec ce disciple et il entreprit immédiatement de fermer la matrice.

Une fois de retour dans sa chambre, Lin Ming prépara un grand bain d’eau chaude qu’il remplit d’herbes médicinales. Il retira ses vêtements et s’y plongea pendant deux longues heures. Ses plaies commencèrent doucement à se refermer. Il resta ensuite assis dans la baignoire pendant toute la nuit à méditer et, le lendemain, toutes ses blessures avaient disparues.

Aussi miraculeux qu’il fût, ce bain avait nécessité près de sept mille taels d’or de plantes médicinales. Ce qui correspondait encore il y a peu pour lui à la somme totale dépensée en sept ou huit années d’entraînement. Il avait utilisé autant d’argent pour prendre un bain. Ce constat le fit soupirer d’émotion. Qu’importe le talent, il était impossible de pratiquer les arts martiaux sans ressource.

La veille, Lin Ming s’était entraîné huit heures durant comme un forcené. Il avait beau s’être finalement approché du concept de vent, il n’avait pas réussi à en franchir le seuil. Un long chemin restait encore à parcourir.

La technique du Roc Doré Déchirant le Vide était si ésotérique et profonde que Lin Ming n’espérait pas la maîtriser en si peu de temps. Mais le simple fait d’essayer lui était déjà d’une grande utilité.

Aujourd’hui, il ne se rendit pas à la Gorge des Vents Effrénés. Son corps avait besoin de repos pour assimiler pleinement toute l’expérience gagnée la veille.

A la place, il alluma un talisman de transmission sonore à l’attention de Wang Yuhan. Il comptait aller à l’Association de l’Inscription.

Une petite affaire remuait la capitale depuis quelques jours. Les Zhu avaient annoncé renier Zhu Yan pour violation des règles familiales. Non seulement cela, mais le Prince des Nuages avait également pris la décision de tracer une ligne de séparation claire entre Zhu Yan et lui.

Cette histoire avait été gérée de manière très discrète. Mais cela n’empêcha pas tous les pouvoirs majeurs de la ville d’en être informés d’une manière ou d’une autre. Tout le monde savait que Lin Ming et Zhu Yan avait une dent l’un contre l’autre. Quand certains, encore mieux informés, étaient mêmes au courant du rôle de Lan Yunyue dans l’affaire.

Selon des sources réputées fiables, Zhu Yan et Lin Ming étaient des rivaux amoureux de longue date impliqués dans un triangle amoureux complexe. Ils avaient eu de nombreuses altercations et leur opposition s’était intensifiée avec le temps. Jusqu’à maintenant où, suite à sa défaite, Zhu Yan avait été banni par sa famille et abandonné par le Dixième Prince. Qu’est-ce que cela signifiait ?

De nombreuses personnes se dirent que la Famille Zhu et le Dixième Prince avaient agis afin de montrer leur bonne volonté à Lin Ming. Mais n’était-ce pas imprudent d’aller jusqu’à abandonner un membre talentueux de leur famille ?

Quoiqu’incroyablement fort, Lin Ming était de toute évidence proche du Prince Héritier. Si le Dixième Prince ne parvenait pas à obtenir ses services alors qu’il avait renié Zhu Yan, alors il aurait perdu un de ses soldats en plus d’une femme.

Quelles raisons pouvaient motiver le Dixième Prince à agir de la sorte ?

Lin Ming fut le premier à trouver cela incompréhensible lorsqu’il apprit la nouvelle. Le Dixième Prince cherchait il à lui témoigner sa bonne volonté ? A quelle fin ?

Zhu Yan a été renié de sa famille et a quitté la Maison Martiale.Je vais devoir m’en méfier. Il traverse une période difficile mais n’est pas du genre à se laisser abattre. Peut-être même que ça va l’endurcir et lui donner des velléités de vengeance. J’ai beau gagner en puissance, mes parents vivent loin d’ici. Il faut impérativement que j’informe la Famille Lin des évènements et que je fasse protéger mes parents.

Je ne l’ai malheureusement pas tué quand j’en avais l’occasion et je me retrouve désormais avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête !

Le regard de Lin Ming se glaça. Ce n’est pas parce qu’il n’avait pas cherché à se venger contre Wang Yigao et Wang Yanfeng quand ceux-ci s’en était pris à lui avec de basses et cruelles méthodes que c’était un tendre pour autant. Encore mois alors que les êtres qui lui étaient chers se trouvaient menacés.

Il envoya donc un talisman de transmission sonore à la branche de la famille établie dans la Ville du Grand Avenir pour qu’ils prennent les dispositions nécessaires.

Cet après-midi-là, Lin Ming avait décidé d’aller à l’Association de l’inscription, d’où son rendez-vous avec Wang Yuhan.

Tandis qu’il marchait dans la rue, un visage familier croisa sa route et Lin Ming s’arrêta soudainement. Il avait déjà rencontré cette personne ; c’était un artiste martial à la Condensation de l’Impulsion qui servait les intérêts du Prince Héritier, un certain Liao Wenyuan.

Le Prince Héritier lui était venu en aide par le passé et avait fait preuve de bonté à son égard. Tout cela avant que la gloire et la fortune ne lui sourissent. Un jeune prince était venu en aide à un anonyme et cet élan de gracieuseté marqua Liao Wenyuan à vie. C’est pourquoi, même si son avenir n’était désormais plus une source d’inquiétude, qu’il possédait un titre et que sa carrière ne cessait de progresser, ce dernier avait fait le choix, par fidélité et reconnaissance, de plonger dans les eaux troubles de la lutte pour la couronne aux côtés du Prince Héritier.

« Monsieur Lin », salua Liao Wenyuan en serrant les poings dans un geste poli envers Lin Ming.

« Que de politesse aîné Liao. C’est plutôt à cet élève qu’il revient de s’incliner, » répondit Lin Ming en serrant les poings et en lui rendant sa révérence.

Il n’était pas surpris d’avoir rencontré Liao Wenyuan ici. Après tout, ce n’était pas la première fois qu’il se sentait observé depuis ces derniers jours ; comme s’il était suivi. Mais ces personnes ne semblaient jamais manifester la moindre aura hostile ou meurtrière. Ces derniers étaient, comme Liao Wenyuan, envoyés par le Prince Héritier.

Le statut de Lin Ming était particulièrement sensible. Dès lors qu’il s’aventurait en dehors de la Maison Martiale, des individus le suivaient et le protégeaient dans l’ombre. Il eût été aussi difficile de parvenir à l’éliminer que de tenter de s’en prendre au Prince Héritier lui-même.

Visiblement, ses déplacements réguliers à l’Association de l’Inscription n’avaient pas échappé aux agents du prince.

« Haha, je ne pensais pas que Monsieur Lin connaîtrait mon nom. Pour être honnête, je suis un peu rustre et j’ai horreur de tout ce cérémonial. Si tu me le permets, laisse-moi t’appeler Frère Lin plutôt que Monsieur. »

« Tes paroles sont franches et directes Frère Liao. Pour être honnête, je n’affectionne pas non plus l’étiquette et tous ces titres honorifiques », répondit Lin Ming avec un sourire amical.

« Haha, tant mieux ! Bon, si je suis là aujourd’hui c’est parce qu’il fallait que je te parle. Tu le sais peut-être déjà mais Zhu Yan a été mis au ban de la Famille Zhu », lui dit Liao Wenyuan par le biais de véritable énergie.

« Mm », acquiesça Lin Ming, en utilisant également de la véritable énergie pour répondre.

« Tu dois te méfier de Zhu Yan. »

« Je sais, mais ne trouves-tu pas étrange que la Famille Zhu soit aussi impitoyable ? »

Ça a probablement un rapport avec toi. Tu pourrais devenir Emissaire des Sept Véritables ou être le prochain Maître de la Maison Martiale dans le futur. La Famille Zhu comme le Dixième Prince ne peuvent pas se permettre de te froisser devant une telle éventualité. Alors qu’à leurs yeux, Zhu Yan ne sera au mieux qu’un artiste martial à la Condensation de l’Impulsion. C’est une perte acceptable, alors ils l’ont sacrifié. Evidemment, Zhu Yan te tient probablement pour responsable et il essaiera de se venger. Mais maintenant que la Famille Zhu et le Dixième Prince se sont officiellement séparés de lui, ils n’ont plus à s’inquiéter de ses actes. »

« Alors c’est donc cela…eh bien, comme quoi même les liens sacrés de la famille ne résistent pas aux luttes pour le pouvoir. » Lin Ming ne s’intéressait pas au pouvoir royal, aux luttes qui en découlaient ou encore aux intérêts des grandes familles du royaume.

« Eh oui, c’est comme cela que ça fonctionne depuis la nuit des temps. Un souverain qui réussit est un souverain machiavélique. » Liao Wenyuan s’arrêta là et soupira. Il pensait à la grande humanité et à la droiture du Prince Héritier, dont la détermination n’était malheureusement pas suffisante à son goût.

« Ah, j’oubliais ! Tu avais demandé à son Excellence le Prince Héritier de chercher certains matériaux. Il s’avère qu’une partie d’entre eux sont introuvables au sein du royaume. Son Excellence a donc missionné des agents pour parcourir les pays alentours à leur recherche. La foire commerciale de la Nation Huoluo attire énormément de monde, on devrait pouvoir y récupérer quelques-uns. Mais garde à l’esprit qu’il va falloir pas mal de temps pour tout rassembler. »

La Nation Huoluo était l’un des plus vastes pays sous le contrôle des Sept profondes Vallées. Il était supérieur en tout point au Royaume du Grand Avenir, autant en forces militaires qu’en nombre de maîtres. La foire commerciale qui s’y déroulait était connue et réputée à cent mille kilomètres à la ronde. Mais il fallait parcourir une trop grande distance pour y aller depuis le Royaume du Grand Avenir. Même à dos d’un Cheval Draconique des Neiges, capable de parcourir près de trois mille kilomètres en une journée, il fallait quand même une grosse dizaine de jours pour s’y rendre.

Entre le temps nécessaire au voyage et le temps qu’il fallait pour trouver les matériaux, c’était une mauvaise idée de compter uniquement sur l’aide du Prince Héritier pour tout récupérer à temps. Surtout que rien ne garantissait qu’ils fussent tous trouvés là-bas.

« Transmets mes remerciements au Prince Héritier s’il te plaît Liao Wenyuan. Moi, Lin Ming, n’oublierai jamais cette faveur », dit-il avec sincérité.

« Tu peux compter sur moi Frère Lin. J’ai su que tu étais digne d’être connu dès que je t’ai rencontré. Soi tranquille, son Excellence a des réserves qu’il a accumulées au fil des années. Il peut aisément assumer la charge d’acheter quelques matériaux. Mais au fait, non content de tes compétences exceptionnelles en arts martiaux, j’ai appris que tu avais également une large compréhension des techniques d’inscription ? C’est incroyable ! Tu me donnes vraiment envie de réviser complètement la définition de ce que je pensais être un génie ! »

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 125 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.