Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 123

Chapitre 123: Trois types de compétences martiales

Dans un certain sens, un maître de l’inscription était également un maître des matrices ; un symbole d’inscription n’étant ni plus ni moins qu’une matrice à plus petite échelle et nécessitant moins de véritable énergie. Quoique similaire dans le principe, il fallait toutefois avoir atteint le Houtian pour commencer à étudier les matrices à grande échelle.

Lin Ming s’attarda brièvement sur ces formations matricielles qui se dessinaient dans son esprit. Celles-ci semblaient si complexes que Lin Ming n’envisageait même pas qu’un maître Xiantian puisse en réaliser une.

Combien de mois ou d’années devront s’écouler avant que je puisse apprendre à ordonner des matrices ? Lin Ming secoua la tête et acheva de sceller les mémoires du fragment. Le Cube contenait des dizaines de milliers d’âmes ; il était tout bonnement impossible d’en choisir une utile à chaque fois. Ce n’était qu’une question de chance.

Maintenant qu’il avait mis de côté les mémoires relatives aux matrices, Lin Ming entreprit de poursuivre l’exploration du fragment d’âme et les maux de tête reprirent aussitôt.

‘Loi du Véritable Feu Solaire’, requiert la force divine en plus d’être incomplet, c’est inutile

‘Ruine Stellaire la Lune Ecrasante’, voilà une compétence martiale de haut niveau ! Mais ma cultivation est loin d’être suffisante pour l’utiliser, inutile

‘Rugissement du Dragon’, une autre compétence martiale de haut niveau que je suis incapable d’apprendre

Lin Ming continua de chercher. Les mémoires de ce fragment étaient particulièrement riches ; quoique d’une utilité assez relative dans l’ensemble. La majorité des méthodes d’entraînement et des compétences martiales nécessitaient un niveau de cultivation et de puissance très élevés pour être pratiqués.

Mm… qu’est-ce ? Des femmes, des sentiments, une secte et les stigmates d’une conspiration… voilà une bribe des souvenirs de la vie d’un éminent individu du Domaine des Dieux. Rien de vraiment très intéressant. Les mémoires des matrices étaient déjà scellées. Quant à ces souvenirs de vie au sein du Domaine des Dieux, Lin Ming s’en débarrassa entièrement.

Etrange… c’est…L’excitation gagna Lin Ming, son cœur se mit à battre de plus en plus vite et les maux de têtes retombèrent en grande partie.

Force des Dieux Infernaux’ ?

De quoi peut-il bien s’agir, une compétence martiale ? Une méthode d’entraînement ? Lin Ming plongea tout son esprit dans cette mémoire et découvrit avec surprise que le souvenir de la Force des Dieux Infernaux était plus ou moins complet. Plus important encore, aucun prérequis de cultivation n’était nécessaire ; n’importe qui à l’étape de la Transformation du Corps était théoriquement à même de l’utiliser.

Les manuels secrets du Continent du Grand Dévers étaient divisés en trois catégories distinctes. En premier lieu desquelles se trouvaient les manuels de méthodes d’entraînement. Méthodes qui permettaient aux artistes martiaux d’accumuler de la véritable énergie et d’améliorer leur niveau de cultivation. C’était le point de départ de tout le reste et, par conséquent, à la fois la catégorie de manuel la plus rare. Aucune secte ne pouvait voir le jour sans un bon manuel de méthode d’entraînement.

En second lieu, l’on trouvait les compétences martiales. Celles-ci utilisaient la véritable énergie et la force physique d’une multitude de manières différentes afin de produire un effet offensif ou défensif.

Finalement, la troisième catégorie correspondait aux techniques de déplacements. Basées sur le même principe que les compétences martiales, l’objectif était néanmoins différent et visait à augmenter la vitesse.

Mais Lin Ming était incapable de placer la Force des Dieux Infernaux dans une de ces catégories, elle ne correspondait à aucune d’entre elles.

Cette capacité mystique permettait de décupler la force pour un court instant, en plus de stimuler la véritable énergie. Il ne s’agissait pas d’une méthode de cultivation, ni d’une compétence martiale ou d’une technique de déplacement ; en réalité, la Force des Dieux Infernaux améliorait à la fois la puissance des compétences martiales et l’efficacité des techniques de déplacements.

Selon les mémoires de cet ancien du Domaine des Dieux, cette ‘Force des Dieux Infernaux’ est l’une des rares techniques secrètes subsidiaires. C’est même la plus précieuse d’entre elles !

Lin Ming fut agréablement surpris par cette découverte. Même si la plupart des mémoires de cet ancien n’étaient pas d’une grande utilité, il suffisait qu’une seule d’entre elles le fût pour que cela en vaille la peine.

Lin Ming continua d’étudier la Force des Dieux Infernaux. Cette technique secrète se découpait en six paliers distincts. Le premier d’entre eux permettait d’augmenter la force physique et la véritable énergie de cinquante pour cent, le second de cent, le troisième de cent cinquante et ainsi de suite, jusqu’au palier final qui multipliait par quatre les capacités de son utilisateur.

La Force des Dieux Infernaux représentait un atout exceptionnel pour affronter des adversaires d’un niveau équivalent. Une force et une véritable énergie démultipliées pendant un court instant suffisaient à renverser le cours d’une bataille. A tel point que cela permettait même à un artiste martial d’affronter et de vaincre des adversaires au-delà de son rang.

Evidemment, ce renfort démesuré de puissance n’était pas gratuit. Si le palier final permettait de démultiplier la force physique et la véritable énergie disponibles, cela se faisait au prix d’une consommation elle aussi démultipliée. Mais cela ne constituait pas un souci majeur pour Lin Ming. Son endurance avait toujours été son point fort, notamment grâce à la Formule de l’Authentique Chaos Primordial, à ses fondations solides et à son tempérament inflexible.

Cette Force des Dieux Infernaux n’est pas une compétence martiale à proprement parler, mais quelle importance ? Aucune compétence martiale ne peut rivaliser en terme d’efficacité réelle pour le combat. Même si je n’arrive pas à aller au-delà du premier palier, cela constituera déjà un atout incroyable. Combiné aux Fondements de la Lance, les effets seront dévastateurs. Zhu Yan n’aurait aucune chance si nous devions nous affronter à nouveau !

Sans compter que l’activation de la Force des Dieux Infernaux n’empêche pas l’utilisation de compétence martiale. Ce qui signifie que je vais pouvoir utiliser des compétences martiales aux effets démultipliés !

Finalement, ce fragment d’âme était définitivement un bon choix ! Plein d’enthousiasme, Lin Ming continua de parcourir les quelques mémoires restantes. Il y avait beau y avoir un grand nombre de méthodes de cultivation et de compétences martiales, aucune d’elles n’étaient complètes ou destinées à un artiste martial à la Transformation du Corps. Lin Ming n’avait d’ailleurs plus grand espoir de trouver autre chose d’intéressant.

Mais alors qu’il s’apprêtait à arrêter ses recherches, ses yeux s’illuminèrent.

Technique de déplacement magistrale – ‘Roc Doré Déchirant le Vide’.

Cette technique remontait à des temps anciens, lorsqu’un personnage éminent du Domaine des Dieux se fit le spectateur d’un affrontement cataclysmique entre deux créatures fabuleuses, un Roc aux Ailes Dorées et un Dragon Véritable. Mesurant plusieurs dizaines de milliers de kilomètres d’envergure, le Roc Doré recouvrait tout sous ses ailes, des planètes aux étoiles.

Lorsque la lutte formidable à laquelle ces deux créatures suprêmes se livrèrent prit fin, le Roc Doré déchira le vide de ses crocs acérés et disparut à travers l’éther.

Inspiré par le spectacle inimaginable qui venait de prendre place sous ses yeux attentifs, le témoin de cet évènement invraisemblable se retira pour méditer pendant soixante longues années. A la suite desquelles il créa la technique de déplacement du Roc Doré Déchirant le Vide ; dont l’apprentissage devait commencer dès la période initiale de Transformation du Corps et continuer étape par étape jusqu’à atteindre le niveau ultime. Niveau ultime qui permettait, une fois maîtrisé, de franchir un millier de kilomètres en un clin d’œil et de parcourir le vide infini avec la même aisance que s’il s’agissait d’un grand jardin.

La cultivation de Lin Ming était précisément au niveau adéquat pour commencer à apprendre le Roc Doré Déchirant le Vide. Mais la compétence de déplacement était malheureusement incomplète. Des douze étapes nécessaires, Lin Ming ne trouva que les huit premières d’entre elles dans le fragment d’âme.

La perte de ces quatre étapes ultimes n’avait rien à voir avec la fragmentation de l’âme de l’ancien, ce dernier n’ayant jamais possédé le manuel complet du Roc Doré Déchirant le Vide.

Pourtant, Lin Ming ne s’en agaça pas plus que cela. La compétence avait beau être incomplète, ce n’était pas vraiment un problème pour le moment. Le gouffre qui séparait Lin Ming de ces étapes ultimes était si vaste qu’il avait encore le temps de les chercher.

Après avoir découvert le Roc Doré Déchirant le Vide, Lin Ming acheva de parcourir les bribes de mémoires restantes. Sans surprise, il n’y découvrit rien d’autre susceptible de l’intéresser. Si ce n’est une compétence martiale mineure qu’il était visiblement capable d’apprendre.

La ‘Paume qui Morcèle le Cœur’ ne nécessitait pas un niveau de cultivation élevé, en plus d’être relativement simple et facile à apprendre ; mais sa puissance était proportionnellement faible.

Cette compétence martiale ne pouvait être utilisée que contre un adversaire épuisé ayant dépensé la majeure partie de sa véritable énergie. En effet, cette compétence consistait à infiltrer le corps avec une certaine quantité d’énergie en utilisant une méthode spéciale. Mais si l’adversaire disposait d’encore suffisamment de véritable énergie, la compétence n’avait aucun effet.

Rien que pour cela, la Paume qui Morcèle le Cœur ne présentait qu’un intérêt très limité. Elle pouvait être utilisée uniquement contre un adversaire nettement plus faible ou contre quelqu’un qui, ayant épuisé toute son énergie, n’aurait plus la force d’y résister.

Aussi faible et lâche qu’elle fût, cette compétence martiale devait avoir une fonction particulière ; cela allait de soi, sinon pourquoi un tel individu l’aurait conservée ?

En réalité, cette compétence permettait de rompre les méridiens et d’assécher les points d’acuponcture d’un adversaire. L’effet était absolument destructeur et quasi irréversible. La seule méthode capable d’en soigner les effets nécessitait des matériaux rares et particulièrement onéreux du Domaine des Dieux.

Les méridiens d’un artiste martial commençaient à s’ouvrir après avoir atteint le Façonnage Osseux. Ce processus continuait jusqu’à ce qu’ils fussent tous reliés avec les pores de la peau et que la véritable énergie pût circuler sans obstacles à travers eux. Soit une fois l’étape de la Condensation de l’Impulsion atteinte.

Il était par conséquent impossible d’y parvenir avec des méridiens endommagés. Non seulement cela, mais la pratique des arts martiaux devenait en elle-même impossible. Le niveau de cultivation diminuant de jour en jour jusqu’à une incapacité totale de rassembler la moindre quantité de véritable énergie.

La virilité masculine était également liée aux méridiens et aux point d’acuponctures. Une rupture des méridiens rénaux entrainant par exemple l’impuissance. En définitive, la Paume qui Morcèle le Cœur était capable d’anéantir un artiste martial, autant physiquement que moralement, en lui ôtant ses attributs et sa dignité.

Cette compétence ne pouvait qu’être décritecomme perfide et impitoyable. A quoi bon l’utiliser si ce n’est pour humilier un adversaire déjà vaincu, alors même qu’il eût été plus simple de l’achever ? Tout simplement car la fierté était probablement le seul attribut commun à tous les artistes martiaux ; et la perspective d’une mort honorable n’était-elle pas plus désirable qu’une vie privée de tous les attributs qui faisaient précisément cette fierté ?

Cela pourra toujours me servir, pensa Lin Ming. Même si elle n’influe en rien sur mes capacités, cette compétence n’en demeure pas moins un mouvement redoutable. Je l’étudierais si j’ai le temps. Qui sait, je pourrais en avoir besoin contre des adversaires dont je ne pourrai pas me débarrasser publiquement. En anéantissant leur cultivation, je ne ferai qu’accroître leur ressentiment à mon égard, mais je les empêcherai également de se venger directement. Quoi qu’il en soit, mettons cela de côté pour le moment.

Lin Ming scella complètement toutes les mémoires dont il n’avait pas besoin et se débarrassa de tous les souvenirs de vies inutiles. Son tri terminé, il ne restait plus que la Force des Dieux Infernaux, le Roc Doré Déchirant le Vide et la Paume qui Morcèle le Cœur.

La technique secrète et la technique de déplacement étaient incomparablement précieuses. Quant à la Paume qui Morcèle le Cœur, quoiqu’incomparable avec les deux autres, elle allait sûrement avoir son utilité.

Il ne reste que quatre mois avant mon duel avec Zhang Guanyu. Jusqu’à maintenant, je comptais tracer le symbole d’inscription corporelle et continuer de percevoir Fluidité de la Soie par le biais de la Méditation. Avec l’amélioration de la concentration de véritable énergie grâce au symbole et l’aide de mon inspiration martiale ésotérique, je devrais être capable d’atteindre la Transformation Musculaire avant le combat.

Mais désormais je dois aussi apprendre la Force des Dieux Infernaux et le Roc Doré qui Déchire le Vide. Ces deux techniques ont beau être formidables, si je ne les pratique pas convenablement, cela n’améliorera en rien ma cultivation et ne sera qu’une perte de temps.

Je n’ai que quatre mois, c’est trop court !

Atteindre le top dix de la Matrice des Dix Mille Morts en trois mois, vaincre Zhang Guanyu en quatre, Ta Ku en cinq et Ling Sen en six !Evidemment, atteindre le top dix sera le moins difficile de ces quatre objectifs. Si j’y parviens, la Maison Martiale me récompensera avec une lance prodigieuse du degré humain de grade moyen, la Lance Souple Abyssale.

Une lance prodigieuse qui possède un attribut d’élasticité, ce n’est pas courant. Mes capacités au combat vont largement progresser si je l’obtiens, améliorant d’autant mes chances de battre Zhang Guanyu !

Lin Ming possédait déjà une lance élastique, Eclair Lunaire. Mais seule le fer de celle-ci était de classe prodigieuse, ce qui ne favorisait pas la concentration de véritable énergie à travers l’ensemble de la lance.

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 123 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.