Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 121

Chapitre 121: La disparition du symbole de sang

Lin Ming continua ainsi tout l’après-midi en s’appuyant sur la pureté de sa force d’âme et sur ses larges réserves de véritable énergie. Il atteignit les limites de ses capacités à plusieurs reprises. C’était aussi une manière de s’entraîner, considérant qu’il était plus difficile de progresser sans être poussé dans ses retranchements.

Lorsque sa véritable énergie était à la limite de l’épuisement, Lin Ming n’hésitait pas à sortir une pierre de véritable énergie avant de se plonger dans l’état ésotérique de son inspiration martiale. Une fois celui-ci atteint, sa véritable énergie circulait spontanément à un rythme bien plus élevé que d’habitude, selon un parcours qui approchait la perfection ; de telle façon que ses facultés de régénération étaient particulièrement rapides.

Le soleil disparut bientôt sous l’horizon à l’Ouest. La lumière qui filtrait à l’intérieur de la pièce faiblit et Wang Yuhan fut obligée d’allumer une lampe. Voyant que Lin Ming continuait de méditer et de réguler sa respiration, elle se demanda à plusieurs reprises si elle devait l’interrompre. L’attente finit par lui être interminable et elle dit :

« Monsieur Lin… nous devrions aller manger un morceau. »

« Oh ? Oui, bien sûr. Allez donc manger et profitez-en pour me rapporter quelque chose de bon, ce serait bien aimable. J’ai quasiment terminé d’ajuster mon état, je préfère terminer de réaliser le symbole. »

Dessiner un autre symbole ?

Wang Yuhan ne savait plus quoi dire ou penser ; ça allait être le septième d’affilé et non des moindres, chacun d’entre eux étant plus complexes que le précédent, avec d’innombrables lignes et symboles à faire fusionner… Même un maître de l’inscription de très haut niveau n’aurait pas été capable de persister dans une tâche aussi difficile.

Wang Yuhan n’envisageait même plus de se comparer à Lin Ming, qu’elle considérait désormais comme un personnage du même acabit que son grand-père. Elle partit dîner en haussant les épaules alors qu’elle repensait à tout ce qui venait de se passer.

Alors qu’elle revenait dans la salle après avoir pris le temps de se sustenter, Wang Yuhan y retrouva bien évidemment Lin Ming qui avait déjà commencé à tracer la première moitié du septième symbole.

Elle resta en retrait et déposa l’assiette de nourriture qu’elle avait rapportée avec elle. Silencieuse et attentive, Wang Yuhan resta là à observer chaque geste de Lin Ming, les gravant soigneusement dans son esprit. Parfois, sa main se mettait même inconsciemment à essayer de suivre ses mouvements. Elle ne se faisait pas d’illusion pour autant, car il ne suffisait pas simplement de les copier pour en percevoir les mystères.

Alors que le temps s’écoulait lentement, Wang Yuhan admirait les magnifiques lignes d’inscription qui illuminaient la pièce et son regard se posa sur Lin Ming. Ses doigts dansaient dans l’air et des traits de lumières colorés se formaient continuellement sous le contrôle tranquille de sa véritable énergie. Des perles de sueur ruisselaient sur son visage, dont l’expression témoignait toute l’étendue de sa concentration.

Wang Yuhan se perdit petit à petit dans cette scène, comme si elle était dans un état de trance. Son regard se portant inconsciemment sur le visage de Lin Ming, puis sur ses doigts et les rayons scintillants qui apparaissaient dans leur sillage. C’était comme si l’état de concentration de Lin Ming, quasi transcendantal, s’était propagé en elle.

Wang Yuhan finit par être tirée de sa torpeur par le bruit que firent les runes en s’entrechoquant alors qu’elles se condensaient en une seule. Elle regagna ses esprits mais resta légèrement troublée.

« Et de sept ! » laissa échapper Lin Ming avant de soupirer longuement et de se laisser tomber en arrière sur sa chaise. Il n’avait même plus la force de bouger le petit doigt.

« Monsieur Lin, la nourriture est en train de refroidir. »

« Oh ! » fit l’intéressé en se redressant. Il attrapa l’assiette qu’elle lui tendait et commença à manger avec appétit. Wang Yuhan était assise sur le côté et fixait silencieusement le sablier de la pièce, regardant les grains de sable s’écouler les uns après les autres.

« C’est préférable d’ajouter une structure pliée pour le motif de la roche dans les lignes de fondation, » lâcha Lin Ming entre deux bouchées, comme s’il se faisait la remarque à lui-même.

Wang Yuhan fut légèrement abasourdie, puis un sentiment de bonheur et d’exultation l’envahit. Lin Ming lui enseignait des techniques d’inscription, et pas n’importe lesquelles. Issues d’au-delà les frontières du royaume, leur degré de raffinement et de subtilité dépassait de loin tout ce que l’école du Grand Avenir ne pourrait jamais espérer atteindre.

Lin Ming ayant pu régénérer un peu de véritable énergie, il traça un motif de roche dans l’air, tout en veillant à le faire le plus lentement possible afin que Wang Yuhan puisse bien distinguer les variations de force d’âme. En particulier lorsqu’il arriva à la structure pliée, pour laquelle il réduisit sa vitesse à son minimum. Lin Ming savait bien pourquoi elle s’était proposée pour être son assistante. Elle l’avait accompagné tout au long de l’après-midi, lui avait été d’une grande aide et avait également dépensé la quasi-totalité de sa force d’âme et de sa véritable énergie. Pourtant, elle n’avait pas appris grand-chose en retour.

Wang Yuhan était tout de même la petite fille chérie du président de l’Association de l’Inscription. Une jeune fille aussi fière avait mis sa timidité de côté pour se proposer comme assistante tout au long de l’après-midi. Lin Ming ne se sentirait pas en paix avec lui-même s’il ne lui rendait pas la faveur.

Du coup, profitant du temps libre qu’il avait alors qu’il dînait, Lin Ming enseigna plusieurs lignes fondatrices à Wang Yuhan. Connaître ces lignes basiques était loin d’en permettre une quelconque utilisation pratique ; mais Lin Ming était convaincu que Wang Yuhan, vu ses aptitudes pour l’inscription et ses efforts incessants pour essayer d’atteindre de plus hauts sommets, parviendrait inévitablement à y trouver de grandes inspirations dans le futur.

« Merci, Monsieur Lin, » lui dit-elle dans un élan de sincérité.

« C’est moi qui te remercie, » lui répondit Lin Ming.

« Reviendrez-vous demain ? »

« Demain ? Mm, je reviendrai probablement au cours de l’après-midi. Le matin je dois m’entraîner à la Maison Martiale. »

Depuis l’annonce du test de disciple principal, la Maison Martiale des Sept véritables avait promis à Lin Ming qu’il pourrait utiliser les sept matrices mortelles majeures pendant l’équivalent de dix jours complets. Le temps passé au sein de ces matrices était si précieux que c’eût été un véritable gâchis de ne pas l’utiliser pour se concentrer sur les techniques d’inscription.

« Pourrais-je toujours être votre assistante pour demain ? » lui demanda Wang Yuhan avec enthousiasme.

« Evidemment ! » répondit Lin Ming avec un grand sourire.

Ce soir-là, une fois rentré à la Maison Martiale des Sept Véritables, Lin Ming entreprit de revenir sur tout ce qu’il avait appris au cours de la journée.

Durant l’après-midi, il avait réalisé un total de sept symboles en près de sept heures, qui avaient tous nécessité de précieux matériaux. Nombre d’entre eux furent gaspillés suite à des erreurs de Lin Ming dans la réalisation des symboles. Il n’avait néanmoins pas rencontré de situation au cours de laquelle il aurait perdu le contrôle et où toutes les runes se seraient effondrées dans une explosion.

Il n’était pas rare de faire des erreurs, et c’était tout à fait toléré tant que cela ne portait pas préjudice à l’ensemble.

Selon les règles de l’association, les clients devaient payer en matériaux. Le prix correspondait à deux fois la quantité de matériaux utilisés pour la mission, en plus de certains frais qui pouvaient s’adjoindre selon les services rendus.

Des matériaux restants, soixante pour cent étaient destinés au maître de l’inscription émérite, et quarante à l’association.

Lin Ming conserva une partie des matériaux qui pouvaient lui servir et remit le reste à l’association en échange de points.

A ce rythme-là, j’aurai probablement assez de points d’ici une dizaine de jours pour acheter certains des matériaux dont j’ai besoin auprès de l’association. Quant aux matériaux plus rares, il va encore falloir attendre que mes techniques d’inscription s’améliorent davantage avant que j’aie une chance de mettre la main dessus. Ceux requis pour ces deux symboles d’inscription corporelle sont juste trop difficile à collecter.

L’avantage c’est que je m’entraine tout en accumulant des points. J’ai créé sept symboles d’affilée en un seul après-midi et en utilisant un grand nombre de matériaux différents. Non seulement mes techniques d’inscription progressent rapidement, mais même ma force d’âme se développe également. La Formule de l’Authentique Chaos Primordial n’est pas en reste, je sens que je m’approche doucement de l’ouverture du deuxième échelon. Je ne m’attendais pas à pouvoir entraîner autant de points d’une seule manièreMais mon stock de pierre de véritable énergie va en prendre un coup. J’en ai utilisé trois en une seule journée. C’est vraiment jeter de l’argent par les fenêtres.

Dans le Royaume du Grand Avenir, selon leur degré de pureté, les pierres de véritable énergie pouvaient valoir de cinq cents à mille taels d’or. Celles que la maison martiale remettait à ses disciples appartenaient très probablement à la première catégorie.

Mais celles que le Prince héritier avait offert à Lin Ming étaient de la plus pure des qualités et leur valeur unitaire avoisinait très probablement les mille taels d’or.

Les pierres de véritable énergie étaient rares au sein du royaume, et il était extrêmement difficile de les trouver en grand nombre.

En conséquence de quoi même l’or ne suffisait pas nécessairement à en obtenir, ou alors contre des montants trop importants. Quatre ou cinq pierres de véritable énergie valaient autant qu’un objet de classe prodigieuse.

Lin Ming en possédait près de deux cents et il les utilisait quotidiennement comme s’il s’agissait de friandises. Très peu de gens pouvaient se permettre d’agir de la sorte au sein du royaume.

J’aurai probablement tout utilisé d’ici deux mois. Il va falloir que je demande au Prince Héritier de m’en acheter, il me suffira de le rembourser.

Dorénavant, l’argent n’était définitivement plus un problème pour Lin Ming. Il avait trouvé un moyen de s’entraîner et de gagner de l’argent en devenant maître de l’inscription émérite.

D’après ses estimations, il allait pouvoir gagner plus de deux cent mille taels d’or par mois sans difficulté. A condition évidemment qu’il y ait suffisamment de clients fortunés requérant ses services.

Les maîtres de l’inscription ordinaires se contentaient d’une ou deux commandes par jour. Car même s’ils pouvaient en faire plus, leur condition ne serait pas optimale et ils leur seraient difficile de réaliser un symbole parfait, ce qui nuirait à leur réputation.

De manière générale, ceux-ci travaillaient une vingtaine de jours par mois. C’était un bon résultat que de faire un profit de vingt à trente mille taels d’or mensuel ; en postulant qu’ils n’échouaient jamais.

Mais de son côté, Lin Ming était capable de tracer sept à huit symboles par jour, tout en pouvant travailler tous les jours du mois. C’était tout bonnement un monstre !

Lin Ming décida de prendre un bain et, alors qu’il s’y détendait, il atteignit l’état ésotérique de son inspiration martiale ; laissant sa véritable énergie circuler d’elle-même.

Deux heures s’écoulèrent ainsi. En circulant à haute vitesse, la véritable énergie avait engendré un dégagement de chaleur important qui avait transformé une partie de l’eau du bain en un nuage de vapeur blanche. La pièce avait été rapidement recouverte par ce nuage épais. Un tourbillon se soulevait dans les airs à travers celui-ci chaque fois que Lin Ming expirait.

Lorsque minuit retentit, Lin Ming se réveilla finalement de son état ésotérique. Les innombrables petites unités de son corps commencèrent à s’agiter et une vague de véritable énergie chargée en vibrations déferla à travers la pièce, chassant toute la vapeur d’eau.

Celle-ci avait néanmoins eu le temps d’imprégner tous les tissus, dont les vêtements de Lin Ming, et la pièce restait particulièrement humide.

Alors qu’il sortait de son bain, Lin Ming posa par inadvertance le regard sur l’armure flexible en or pourpre que lui avait offert le Prince héritier. Ce coup d’œil le fit tressaillir.

C’est

Lin Ming se précipita pour saisir l’armure entre ses mains. Il la fixa du regard d’un air ahuri, sous le choc de l’émotion. Comment ce symbole de sang réalisé par un Maître Houtian avec sa propre essence de sang avait-il pu disparaître ?

Vu qu’il avait passé une bonne partie de la journée à l’extérieur de la maison martiale, Lin Ming avait porté l’armure par prudence. Mais alors que tout semblait s’être bien passé, il venait de découvrir que le symbole de sang avait disparu.

Il était plus juste de dire qu’une majeure partie du symbole avait disparu. L’on pouvait toujours distinguer une sorte de trace floue qui s’y apparentait. En réalité, cette trace ressemblait à une tâche d’encre mélangée à de l’eau.

La vapeur d’eau du bain avait-elle pu s’infiltrer dans l’armure et l’avoir détruit ? Si c’était le cas, ce Maître au Sommet du Houtian était vraiment misérable.

Ou alors le Prince Héritier avait été dupé. Cette armure était-elle une fausse ?

Non, ce n’était pas possible. Lin Ming l’avait étudié personnellement avec sa force d’âme lorsque le prince la lui avait offerte, et il avait pu voir de lui-même qu’elle contenait l’essence de sang d’un formidable maître. De plus, ce symbole avait été tracé dans l’armure avec une technique magnifique. Il ne faisait qu’un avec elle.

Tout comme pour un symbole d’inscription, il aurait fallu utiliser des méthodes spécifiques et peu communes pour parvenir à le retirer. En demandant par exemple à un alchimiste de le brûler ou en ayant recours à Fluidité de la Soie comme avait fait Lin Ming. Sans quoi il était tout simplement impossible de le retirer, sinon en détruisant complètement l’objet sur lequel il était placé.

Mais alors que diable s’était-il passé ?

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 121 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.