Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 119

Chapitre 119: Une Fleur dans la Tempête

Lin Ming déposa l’armure sur la plateforme d’inscription et recula de trois mètres. Il saisit fermement sa lance et la tendit en avant. Tout le monde le fixait du regard, curieux de savoir ce qu’il prévoyait ensuite de faire.

Il n’y avait pas d’outil plus adapté qu’un poinçon de graveur pour détruire le symbole d’inscription avec suffisamment de précision. Effectivement, de par sa petite taille, celui-ci se destinait assez bien à casser la structure en toile d’araignée des runes. Mais alors quelle utilité une lance aussi imposante pouvait avoir ?

A ce moment-là, alors qu’Eclair Lunaire pointait vers l’armure, Lin Ming fit un mouvement rapide du poignet et envoya un puissant coup d’estoc. Le son strident du fer qui fendait l’air à vive allure résonna à travers toute la pièce. La lance semblait accompagnée d’un élan indomptable. Tel un cheval lancé au galop, elle dégageait un sentiment de rage ineffable similaire au courroux d’un Bouddha.

Cette lance pouvait aisément transpercer une large plaque d’acier.

Frappé de stupeur, le client écarquilla les yeux et, alors qu’il voulait crier de tout arrêter, Eclair Lunaire se figea net. L’élan terrifiant qui l’accompagnait retomba aussitôt. La pointe du fer de lance semblait toucher l’armure ; en réalité, un millimètre les séparait.

Le client voulut parler mais ses mots restèrent silencieux. Les yeux grands ouverts, il fixa la pointe du fer de lance avec étonnement. Ce gamin, comment pouvait-il avoir un tel contrôle de sa force ?

Il avait frappé avec l’élan d’une harde de cinquante bêtes. Pourtant, cela ne l’avait pas empêché d’arrêter son geste de sorte que la pointe s’immobilisât précisément à un millimètre de l’armure. Sans compter qu’il s’agissait d’Eclair Lunaire, une lance massive de près d’un millier de jins. Mais qui était ce jeune homme ?

Avec une force pareille pour son âge, ce n’était définitivement pas n’importe qui !

Néanmoins, ses compétences de lance avaient beau être exceptionnelles, à quoi jouait-il donc ? Ce qu’il venait de faire était certes impressionnant, mais en quoi cela pouvait-il avoir un quelconque effet sur le symbole, alors même que la lance n’était pas rentrée en contact avec l’armure ? Quel rapport y avait-il avec les techniques d’inscription ? Ce jeune homme n’était-il pas seulement en train de parader ?

Wang Xuanji ne comprit pas non plus ce que Lin Ming cherchait à faire. Il ne put que s’émerveiller devant ses prouesses ; mais à la différence du client, Wang Xuanji connaissait son identité et cela ne le surprit guère.

A ce moment-là, Lin Ming frappa à nouveau. La même scène se répéta une nouvelle fois. La lance s’élança avec un élan irrésistible et, alors qu’elle allait rentrer en contact avec l’armure, se figea comme si elle avait toujours été immobile.

Lin Ming continua une troisième fois, puis une quatrième et ainsi de suite en accélérant la cadence. Chaque coup gagnait en intensité et l’énergie qui s’accumulait forma bientôt un puissant vent céleste, pourtant, la pointe de la lance semblait toujours aussi délicate qu’une goutte d’eau. C’était une autre technique des Fondements de la Lance – Une Fleur dans la Tempête.

L’inquiétude du client allait grandissante de seconde en seconde. Ce jeune homme ne devait pas avoir plus de seize ans, comment pouvait-il maîtriser sa force avec autant d’adresse ? Un jeune homme au talent inouï qui manipulait une lance, il ne connaissait qu’une seule personne dont le profil pouvait correspondre, ce brillant jeune homme de la Maison Martiale des Sept Véritables qui était récemment devenu l’étoile montante de la capitale et dont le nom était sur toutes les lèvres…

Impossible !

La force de Lin Ming défiait la volonté des cieux. Il ne pouvait pas en plus disposer d’une telle compréhension des techniques d’inscription, ce serait aberrant ; à ce compte-là c’était ni plus ni moins que la réincarnation d’un roi démon.

Qu’essayait-il de faire ?

Plusieurs minutes s’écoulèrent ainsi, Lin Ming continuant de répéter inlassablement le même geste. Eclair Lunaire avait probablement déjà voltigé plusieurs centaines de fois. Les mouvements de Lin Ming étaient vifs et la lance pesante, ses muscles étaient largement sollicités. En réalité, si ce n’était grâce à ses fondations solides et sa force hors du commun, en plus du fait que son corps était désormais imprégné de véritable énergie, il se serait déjà blessé depuis longtemps.

Wang Xuanji commençait progressivement à déceler les mystérieux principes ésotériques cachés dans chacun des coups de Lin Ming. Il utilisait sa force d’âme pour surveiller l’état de l’armure et découvrit, à son grand étonnement, que de la véritable énergie infiltrait l’armure à chaque coup.

Mais sa surprise ne fut que plus grande lorsqu’il découvrit, en étudiant le comportement de cette véritable énergie, qu’elle circulait le long de la structure du symbole d’inscription en désintégrant les lignes des runes grâce à un pouvoir étrange.

Comment faisait-il ?

Wang Xuanji inspira profondément ; il était trop choqué pour prononcer le moindre mot.

De la véritable énergie infiltrait l’armure à chaque coup, sous forme de minuscules fils semblables à de la soie et invisibles à l’œil nu. Pour lui, c’était déjà inimaginable. Pourtant, ces fils étaient en plus imprégnés d’un pouvoir insondable qui décomposait la structure du symbole. Comment de si minuscules flux de véritable énergie pouvaient-ils déployer une puissance aussi surprenante ?

Lin Ming utilisait bien évidemment la technique Fluidité de la Soie des Vertus Chaotiques des Méridiens de Combat. Si cette méthode d’entraînement était articulée autour du fait de développer une force exceptionnelle, elle l’était encore davantage sur la manière de la contrôler.

L’Entraînement de la Force ‘Fluidité de la Soie’ reposait sur le contrôle précis de sa propre force. Celle-ci faisant référence à la force du corps humain dans tout ce qui la compose ; la véritable énergie comprise. Il suffisait d’atteindre le petit succès de Fluidité de la Soie pour parvenir à sculpter et à commander ces minuscules fils de véritable énergie.

Mais cette forme ne leur donnait aucun effet particulier. C’était même plutôt l’inverse, diviser ainsi le flux de véritable énergie lui faisait perdre en puissance. Par conséquent, il ne restait qu’une seule chose capable de lui apporter une telle capacité destructrice ; les vibrations !

Wang Xuanji venait de s’en apercevoir, cette force étrange qui démantelait la structure du symbole d’inscription n’était autre que de la vibration.

Celle-ci était capable d’ignorer les défenses classiques et de pénétrer directement sa cible. Le flux de véritable énergie se décomposait en d’innombrables filaments et chacun d’entre eux vibrait selon une longueur d’onde bien précise. De sorte que, en traversant la matière, ces filaments étaient capables d’en secouer les plus petites structures et de les désassembler. C’était un pouvoir de destruction terrifiant.

Lors de son dernier combat, au cours duquel Lin Ming avait envoyé voler en éclats une colonne de pierre, celle-ci s’était fendue en une kyrielle de fragments. Sa maîtrise de Fluidité de la Soie n’était pas suffisante, il n’était pas capable de créer suffisamment de filaments et de les coordonner parfaitement.

S’il parvenait à atteindre la Perfection de Fluidité de la Soie, les filaments se compteraient alors par trillions, la fréquence des vibrations atteindrait un tout autre niveau et chaque coup serait à même de modifier durablement la structure de la matière en réarrangeant les particules et les molécules. Dans ce cas-là, la colonne en pierre aurait tout bonnement disparu dans un nuage de poussière invisible à l’œil nu, balayé par le vent.

Evidemment, Lin Ming était encore très loin d’atteindre un tel domaine. S’il y parvenait réellement, il pourrait faire disparaitre ce symbole de la Force Surhumaine en un instant et sans même endommager l’armure. Mais ce n’était pas le cas et elle avait très probablement subi des dégâts à cause de la quantité de coups portés par Lin Ming.

Wang Yuhan ne manqua pas de remarquer l’expression déconcertée de son grand-père. Elle ne put s’empêcher de lui demander ce qui se passait avec de la véritable énergie, « Grand-père, que fait-il ? »

Wang Xuanji laissa échapper un long soupir de solitude et lui répondit : « Sers-toi de ta force d’âme pour parcourir la structure du symbole d’inscription, tu verras ce qu’il est en train faire par toi-même. »

Wang Yuhan se demanda quel genre de découverte elle allait bien pouvoir faire et imprégna l’armure avec sa force d’âme. La sienne était encore assez faible mais lui permit tout de même de déduire ce qui était en train de se passer.

Elle se couvrit la bouche avec les mains dans un élan de surprise.

« Grand père, cela… comment est-ce possible ? »

Wang Xuanji haussa les épaules et dit d’un air abattu :

« C’est la première fois que je vois quelque chose de ce genre. J’ai tout juste pu découvrir que cet effet vient d’une sorte de méthode de manipulation de la véritable énergie. Le flux semble divisé en d’innombrables fils, dont chacun est contrôlé pour émettre une vibration afin de désassembler la structure du symbole d’inscription et de le briser. Je n’ose pas imaginer le niveau de contrôle de véritable énergie qu’il faut pour y arriver ! »

Wang Yuhan n’en demanda pas davantage. Elle se contenta de fermer les yeux pour se concentrer sur les fluctuations d’énergie au sein de l’armure. Cette fois-ci, elle regarda en essayant d’apercevoir précisément les filaments qui s’attaquaient à la structure du symbole. Elle ne put ressentir qu’une sensation étrange, un mélange d’incompréhension et d’émerveillement. C’était comme si elle était entourée d’un épais brouillard derrière lequel se trouvait la myriade infinie des mystères du monde. Elle pouvait regarder autant qu’elle voulait et essayer encore et encore, celui-ci était immuable et elle ne voyait rien à travers lui.

Cette curieuse sensation d’avoir les secrets du ciel et de la terre à portée de doigt sans pouvoir les toucher plongea Wang Yuhan dans un sentiment complexe où l’inquiétude se mêlait à l’enthousiasme.

Après un peu de moins de temps qu’il n’en faut à un bâton d’encens pour brûler, Lin Ming avait déjà porté six à sept cents coups de lance avec une seule respiration. Il avait beau avoir une incroyable condition physique et la Formule de l’Authentique Chaos Primordial pour renforcer sa véritable énergie, une fine pellicule de transpiration coulait sur son visage.

Lin Ming s’interrompit finalement. Il ramena sa lance à lui et, d’un geste de sa main droite, la fit disparaître dans son anneau spatial.

Quant à l’amure, si ce n’est quelques marques superficielles à sa surface, elle n’était pas endommagée.

Il avait enfin terminé. Le pouvoir de Fluidité de la Soie était exceptionnel, mais le symbole de la Force Surhumaine et l’armure avait fusionné et formait un tout. Lin Ming avait forcément affaibli certaines parties internes de l’armure. Notamment la matrice de véritable énergie que le maître artisan avait placée à l’intérieur lors de sa création.

Ce type de dommage n’impactait pas les capacités défensives de l’armure, en revanche, la circulation de véritable énergie de son porteur allait être amoindrie.

Mais c’était malgré tout suffisant pour que Wang Xuanji n’en revienne pas. Un maître alchimiste habitué à contrôler le feu n’aurait pas pu atteindre un tel résultat.

Maintenant qu’il avait effacé l’ancien symbole, Lin Ming ne commença pas immédiatement à tracer le nouveau. Au lieu de cela, il s’assit pour méditer et fit circuler la Formule de l’Authentique Chaos Primordial, restaurant ainsi sa véritable énergie à sa condition optimale.

Cette formule avait un effet formidable pour régénérer la véritable énergie. Il ne fallut que le temps d’un bâton d’encens à Lin Ming pour retrouver toutes ses capacités. Sortant un bout de papier, il se mit à écrire une liste de matériaux qui pouvaient être prêts rapidement. Grâce au contact constant avec l’école d’inscription du Royaume du Grand Avenir qu’il avait ces derniers temps, Lin Ming commençait à être assez familier avec le nom de bon nombre de matériaux. L’époque où il confondait les matériaux du Continent du Grand Dévers avec ceux du Domaine des Dieux était derrière lui.

Quand il eut terminé, il la tendit à la jeune réceptionniste de l’association et lui demanda aimablement, « Puis-je vous demander de me préparer les matériaux de cette liste ? »

« Oh, bien sûr », répondit-elle immédiatement en prenant le morceau de papier.

 Wang Yuhan se précipita alors pour la suivre, « Je vais vous accompagner », lui dit-elle.

Elle était désormais l’assistante de Lin Ming et c’était son rôle de préparer les matériaux.

L’association de l’Inscription était le cœur de la plus grande et riche réserve de matériaux de tout le royaume. Même si Lin Ming avait listé des matériaux peu communs, il n’y avait que peu de chance de ne pas les trouver.

Lin Ming prévoyait de créer une version simplifiée de la Garde de Glace.

C’était un type de symbole d’inscription spécifiquement utilisé pour les armures. En plus de permettre d’accroître la vitesse d’accumulation de véritable énergie du porteur, celui-ci améliorait également un peu la défense. Dans sa version originale, le symbole de la Garde de Glace permettait également d’utiliser la technique d’inscription du Cercle de la Prison de Glace. Cette technique consistait en une vague circulaire de véritable énergie d’attribut de glace qui, si elle touchait quelqu’un, pouvait radicalement réduire sa vitesse.

Cependant, cette version originale nécessitait des matériaux particulièrement rares et précieux dont ne disposait pas l’association. Non seulement cela, mais c’était également la première fois que Lin Ming allait essayer de réaliser la Garde de Glace. Tenter de dessiner la version la plus complexe dès le départ ne faisait qu’augmenter le risque d’échec. D’où son choix d’une version simplifiée.

Vu sa cultivation actuelle et ses capacités dans l’inscription, cette version simplifiée allait être relativement simple à réaliser.

« Il faut broyer 15 grammes de roche de comète en poudre et les mélanger avec une demi-mesure de sang de bête féroce de troisième niveau en remuant énergiquement. Puis extraire du jus d’herbe noire et l’ajouter à trois fois la quantité d’eau de source gelée … » Lin Ming envoya rapidement un message de véritable énergie à Wang Yuhan qui reprenait toutes les instructions concernant les matériaux dont il avait besoin. Plusieurs d’entre eux requéraient une préparation méticuleuse.

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 119 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.