Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 111

Chapitre 111: Wang Gan le calculateur

Et si Lin Ming possédait bien une inspiration martiale, c’était également le cas de Ling Sen !

Cependant, le talent martial de ce dernier était de grade quatre inférieur là où celui de Lin Ming n’était que de grade trois moyen. De plus, ils avaient cinq ans d’écart, ce qui représentait autant d’années passées à s’entraîner à la Maison Martiale pour Ling Sen. Sa force approchait celle d’un maître à l’étape de la Condensation de l’Impulsion. Lin Ming disposait donc de six mois pour essayer de combler l’écart qui le séparait d’un tel niveau. Tout cela en postulant que la force de Ling Sen ne progresse pas davantage durant cette période. Mais comment un génie tel que Ling Sen pourrait stagner ainsi pendant six mois ?

Certaines personnes présentes se souvenaient des détails du test pour devenir un disciple principal auquel Ling Sen avait échoué. La secte des Sept Profondes Vallées avait exigé que Ling Sen atteignît la quatrième étape de la Transformation du corps avant ses dix-sept ans. Pourtant, Lin Ming devait atteindre cette même étape avant ses seize ans, ou parvenir jusqu’au Façonnage Osseux avant ses dix-huit ans. La difficulté du test imposé à Lin Ming dépassait largement celle du test de Ling Sen.

La secte avait probablement décidé de fixer la barre plus haut pour Lin Ming à cause de son talent martial inférieur.

De tous les défis qu’il venait de recevoir, seul le premier était nécessaire pour devenir un disciple principal des Sept Profondes Vallées. Pour Lin Ming, atteindre le sommet de la quatrième étape de la Transformation du Corps avant son seizième anniversaire était loin d’être insurmontable.

La véritable difficulté arrivait avec les quatre autres défis. Ces récompenses étaient offertes par le maître de la Maison Martiale des Sept Véritables pour pousser Lin Ming à se dépasser. Sa capacité à les obtenir ou non ne changeait rien à son test pour devenir un disciple principal, en tout cas pas directement en tant que critère. Evidemment, le test serait bien plus accessible avec ces récompenses en sa possession.

Des quatre épreuves, celle consistant à vaincre Ling Sen dans les six mois était de loin la plus difficile. S’il y parvenait, ce serait probablement après avoir obtenu les autres récompenses.

Parvenir à vaincre Ling Sen en six mois, je parie que le maître de la Maison Martiale ne s’attend pas à ce que j’aille bien loin ! Lin Ming était bien conscient de sa situation. Il n’avait aucune chance de surpasser Ling Sen en six mois avec son intuition martiale ésotérique, sa Fluidité de la Soie et les Fondations de la Lance ; à moins d’avoir une nouvelle fois recours à des pilules de haute qualité. Mais cela impliquerait qu’il prenne le temps d’en absorber complètement les effets, sans quoi sa véritable énergie deviendrait impure.

Dès qu’un disciple rejoint le Domaine Céleste, il reçoit des pilules. Mais ce n’est rien de comparable à la Pilule Ecarlate du Serpent Doré. Elles n’auront probablement pas plus d’effet que ça… pensa Lin Ming. L’Aîné Wang reprit alors avec un sourire :

« A compter de demain, petit frère Lin pourra utiliser les sept matrices mortelles majeures de la Maison Martiale à raison de dix jours complets. En plus de recevoir vingt pierres de véritable énergie par mois. Ces dernières sont offertes personnellement par le maître de la Maison Martiale. Il semblerait qu’il soit optimiste. Si petit frère Lin n’a pas de question, je le prierais de bien vouloir accepter. »

Dix jours complets dans les sept matrices mortelles majeures ?

Lin Ming était en extase. C’était un traitement équivalent à celui des trois premiers disciples de la Maison Martiale. Dix jours complets… cela équivalait à deux cents quarante heures. Il allait presque pouvoir y aller à sa guise.

« Aîné Wang, je n’ai aucune question. »

« Mm, bien. Je vais donc me retirer. Passez tous une agréable soirée. » dit-il en faisant claquer son fouet tandis qu’il repliait le décret des Sept Véritables. Il quitta ensuite la salle sans parler à qui que ce soit. Les discussions reprirent alors, commentant avec intérêt ce qui venait de se passer.

Il n’était définitivement pas facile de devenir un disciple principal de la Maison Martiale des Sept Véritables.

« Jingyun, ne penses-tu pas que le test est trop exigeant ? Quelle chance a-t-il de vaincre Ling Sen dans les six mois ? C’est juste trop dur ! Lin Ming est encore si jeune comparé à Ling Sen, Ta Ku et Zhang Guanyu. Comment pourrait-il gagner ? » dit Murong Zi avec un semblant de colère dans la voix. Le talent de Lin Ming défiait déjà les cieux. Quel genre de personne la secte acceptait si quelqu’un comme lui n’était pas pris ?

« Qui a dit qu’ils cherchaient intentionnellement à lui compliquer la tâche ? Vaincre Ling Sen ne fait pas partie du test pour devenir disciple principal. Il deviendra un disciple principal si sa cultivation atteint le sommet du Renforcement Musculaire avant ses seize ans. Lin Ming n’a encore que quinze ans, ce qui lui laisse plus d’une année. Si son intuition martiale suffit, alors il a toutes les chances d’y arriver. Serais-tu en train de te faire du souci pour lui ? » répondit Bai Jingyun.

« Ce qui me préoccupe c’est surtout qu’il finira en couple avec Qin Xingxuan s’il devient disciple principal », rétorqua l’intéressée.

Bai Jingyun compris parfaitement. Après tout, Lin Ming et Qin Xingxuan étaient tous deux de jeunes gens d’âges similaires et, quoique Lin Ming fût issu d’un milieu modeste, cela n’aurait aucune importance s’il était suffisamment fort et talentueux.

Le Prince Héritier se mit à rire et dit tout sourire : « Je savais déjà que frère Lin finirait tôt ou tard par devenir un disciple principal, mais je ne m’attendais pas à ce que le décret des Sept Véritables soit envoyé si rapidement. Je vous propose de porter un toast afin de célébrer ce nouveau miracle de notre frère Lin ! »

Yang Lin souleva alors son verre et, le portant à ses lèvres, en but le contenu d’une traite. Tous les invités l’imitèrent et levèrent leur verre à la santé de Lin Ming. L’atmosphère du banquet avait atteint un nouveau sommet avec l’apparition de l’Aîné Wang.

Le statut de Lin Ming devenait de plus en plus éminent !

Même s’il ne parvenait pas à devenir un disciple principal, Lin Ming obtiendrait un titre de noblesse et deviendrait probablement le même genre de personnage que Qin Xiao. Par contre, s’il y parvenait, alors Lin Ming aurait la possibilité de devenir le prochain Emissaire des Sept Véritables ou Maître de la Maison Martiale. Cela revenait à être suzerain du royaume, à pouvoir contrôler tout et n’importe quoi et à se faire obéir d’un claquement de doigt ; en bref, à être omnipotent.

L’attitude intéressée et fervente des personnes présentes envers Lin Ming alla en grandissant. Les gens de pouvoir réfléchissaient à la meilleure manière de s’attirer ses faveurs tandis que les jeunes femmes espéraient qu’il s’épreignît d’elles.

A cet égard, Lin Ming se sentait un peu dépassé.

Un homme entre deux âges portant une longue robe à la coupe ajustée et un chapeau arriva à côté de Lin Ming. Il l’interpella respectueusement, « Monsieur Lin. »

« Mm ? Nous connaissons-nous ? »

« Monsieur Lin, je suis le Commandant Wang Gan, chef des Gardes Royaux de la Ville du Grand Avenir », répondit-il en faisant la révérence. La popularité et l’aura de Lin Ming avaient beau monter en flèche, son statut restait celui d’un roturier ordinaire. De l’autre côté, Wang Gan était commandant dans l’armée, sans compter qu’il était bien plus âgé que Lin Ming. Rien ne l’obligeait par conséquent à faire la révérence, mais il la fit de sorte à apparaitre le plus humble possible.

« Commandant Wang Gan des Gardes Royaux de la Ville du Grand Avenir ? » Lin Ming fut surpris, mais le souvenir de Wang Yigao se substitua rapidement à son étonnement. Il n’avait naturellement pas oublié les disputes répétées qu’il avait eu avec cet idiot de dandy frivole. Wang Yigao était un faible et un raté, mais il était le fils d’un commandant de l’armée et n’avait pas hésité à abuser de l’influence de son statut pour essayer de mettre des bâtons dans les roues de Lin Ming à la moindre occasion. Sans l’intervention de Muyi, peut-être que Lin Ming n’aurait pas rejoint la Maison Martiale.

Lin Ming ne s’attendait pas le moins du monde à ce que la personne qui venait de se présenter à lui puisse être le père de Wang Yigao. Il n’avait pas le moindre soupçon d’impression favorable à l’égard de ce Wang Gan. Si ça avait été un bon père, il n’aurait pas élevé un fils pareil ! Lin Ming ne voulait pas croire que Wang Gan ait pu ne pas être au courant des actions de son fils. Si quelqu’un de pauvre et sans pouvoir se retrouvait face à lui, Wang Yigao n’aurait aucun scrupule à l’envoyer croupir en prison. Mais ce Wang Gan allait probablement prétendre n’avoir jamais vu un tel comportement chez son fils.

Suivant ce raisonnement, l’expression de Lin Ming s’assombrit et il dit :

« Je vous connais. J’ai eu l’occasion d’expérimenter personnellement la cruauté des méthodes de votre fils par le passé. Je suppose que c’est à propos de cela que vous venez me voir ? Comme on dit, ce sont les parents qui sont responsables de leurs enfants. Monsieur Wang ne sait-il pas à quel point les actions de son fils sont la plupart du temps vicieuses et tyranniques ? »

Le ton de Lin Ming ne laissait pas de place au doute quant à son humeur. Wang Gan eut envie de se couvrir le visage pour cacher sa honte, il avait beau s’être préparé à offrir n’importe quel sacrifice, se faire réprimander de la sorte était insoutenable. Lin Ming n’était après tout qu’un gamin !

Mais il n’eut pas d’autre choix que de hocher la tête en signe d’approbation et de renchérir : « Monsieur Lin a raison. J’ai déjà puni ce vil et méchant garnement à un an de cachot, en plus de lui avoir administré la discipline familiale. Et maintenant il va… »

« Ça suffit ! Pas besoin d’en rajouter », Lin Ming en avait suffisamment entendu pour savoir ce que cherchait Wang Gan. « Vous êtes venu me voir aujourd’hui car vous souhaitez que je tourne la page ? »

Leur conversation n’était pas particulièrement bruyante, mais de nombreux maîtres assistaient à ce banquet et pouvaient les entendre. Wang Gan était profondément déprimé, il avait incomparablement perdu la face.

« Monsieur Lin, j’ai déjà été mis au courant des actions entreprises contre vous par ce fils vil et inutile. L’incident durant l’examen d’entrée de la Maison Martiale avait été pleinement manigancé par Zhu Yan. Je suis parfaitement au fait des péchés de ce vil énergumène. Quant aux troubles causés lors de vos deux premières rencontres, j’ai déjà suffisamment sanctionné ce méchant garçon à tel point qu’il ne pourra pas quitter le lit pendant plusieurs mois », reprit Wang Gan d’une voix faible.

« Monsieur Lin est un dragon parmi les hommes. Mon cadet n’est qu’un déchet pathétique. Les dragons ne côtoient pas les serpents et les tigres ne se battent pas avec les chiens. Le temps de Monsieur Lin est trop précieux pour le perdre dans d’inutiles efforts contre cet imbécile de fils. Toutefois, je n’hésiterai pas à remettre ce gamin à votre jugement si votre colère persiste. Vous pourriez le battre à mort ou l’estropier selon votre humeur. En outre, j’ai préparé un présent de soixante pierres de véritable énergie. J’espère que Monsieur Lin voudra bien l’accepter. »

Lin Ming ne put s’empêcher de lui reconnaître un certain talent. Ce genre d’individu disposait de ses propres méthodes de persuasion et agissait tel un serpent, en flatteur zélé prêt à vendre sa propre famille. Il lui avait finalement offert un cadeau conséquent de soixante pierres de véritable énergie. De plus, Wang Gan n’hésiterait pas à soumettre son fils au bon vouloir de Lin Ming si ce dernier insistait en ce sens.

Toutefois, s’il était acculé dans un coin, ce genre de personne n’hésiterait pas à se retourner en ennemi ; cela ne présentait pas le moindre avantage. Sans compter que Lin Ming n’avait jamais eu le moindre projet de vengeance contre Wang Yigao. Il ne voyait aucun inconvénient à passer l’éponge sur cette affaire en échange de soixante pierres de véritable énergie.

« Bien, je ne vous en tiendrai pas querelle. Je vais prendre les pierres de véritable énergie et considérer cette affaire comme entendue. »

Lin Ming fut direct, mais ces mots surprirent légèrement Wang Gan. Il savait très bien quelle valeur pouvait avoir soixante pierres de véritable énergie auprès d’un artiste martial. Cela lui avait d’ailleurs coûté un prix élevé d’en rassembler autant. Mais généralement, les artistes martiaux étaient hautains et distants, en particulier les talents comme Lin Ming. Même s’ils prévoyaient de les accepter, ils auraient d’abord refusé les pierres, avant de faire mine de les accepter à contrecœur. Mais Lin Ming avait été étonnamment direct.

Bien que ce ne fût qu’un détail de moindre importance, Wang Gan s’en trouva d’autant plus soulagé. Il comprenait désormais mieux Lin Ming.

Ils disent que son cœur des arts martiaux est plus pur et plus fort que celui des autres. Aujourd’hui j’ai pu voir qu’il agissait spontanément et sans chercher à dominer. Il n’a pas été hypocrite et n’a pas essayé d’humilier. Il n’a pas été arrogant ou pédant. Il est compréhensif et sa conscience est claire. Il est particulièrement apte à la pratique des arts martiaux.

Après avoir exprimé sa gratitude envers Lin Ming, Wang Gan le regarda profondément dans les yeux avant de se retirer. Montant à bord de sa voiture, il repartit en direction du palais du Prince des Nuages. Il savait que la liste des noms de ceux ayant pris part au banquet allait se retrouver dans les mains de ce dernier d’ici une petite heure. Wang Gan était un centriste. Il devait se présenter au Prince des Nuages et lui expliquer pourquoi il s’était rendu au banquet du Prince Héritier, sans quoi il pourrait à l’avenir être considéré comme un dissident. Ce qui n’était pas du tout dans son intérêt.

Il lui faudrait dans le même temps écarter la responsabilité de son fils. Il n’avait pour ce faire qu’à rejeter la faute des récents évènements sur Zhu Yan, tout en prétendant que son imbécile de fils n’avait servi que d’intermédiaire.

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 111 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.