Le Monde des Arts Martiaux Chapitre 109

Chapitre 109: La Faction Acacia

« Haha, évidemment qu’il ne s’agit pas d’eux. Je te parle de… » Bai Jingyun s’interrompit lorsque la voix du crieur résonna pour annoncer un nouveau venu.

« Lin Ming de la Maison Martiale des Sept Véritables, Monsieur Lin ! »

Presque tous les convives se retournèrent alors pour regarder en direction de l’entrée, tandis que d’autres encore commençaient déjà à s’y regrouper.

Mené par deux servantes ravissantes, Lin Ming entra lentement dans le hall. Il avait beau avoir pris le soin d’échanger ses vêtements habituels pour quelque chose de plus adapté aux circonstances, son apparence était loin d’être aussi élégante et soignée que celle des nobles et autres célébrités présents. Cependant, les évènements récents lui conféraient une aura toute particulière qui le fit resplendir devant les invités.

Lin Ming eut une curieuse impression en repensant à la manière dont il venait d’être annoncé.

Monsieur Lin ? Il n’était définitivement pas habitué à être nommé de la sorte.

Originaire d’un milieu commun, n’occupant aucune fonction officielle et n’ayant pas de titre, son seul statut était celui de disciple de la Maison Martiale des Sept véritables. Mais le crieur, ne pouvant simplement pas l’appeler par son prénom, avait ajouté le titre de ‘Monsieur’.

« C’est Lin Ming ! Il est beau et intelligent, quel bon parti. »

« Et dire qu’il n’a que quinze ans, c’est extraordinaire ! »

Lin Ming était incontestablement la vedette de la soirée. La supernova grandissante que tout le monde était venu rencontrer.

Le Prince Héritier s’avança et, avant même que Lin Ming n’ait eu le temps de faire sa révérence, le prit dans ses bras :

« Frère Lin, sois le bienvenu ! Nul besoin d’être trop courtois ! Viens, laisse-moi te présenter. » Yang Lin savait pertinemment que nombre des convives avaient fait le déplacement pour se faire connaître auprès de Lin Ming et qu’il allait devoir les présenter un à un. Le premier à être introduit fut le Marquis Martial du Sud.

« Frère Lin, voici le Marquis Martial du Sud du royaume, le Général Wu. C’est l’un des dix grands généraux de notre pays, et le responsable de l’intégrité de nos frontières sud. Tu seras surement intéressé d’apprendre que c’est également un formidable artiste martial, à l’étape de la Condensation de l’Impulsion. Il a rendu de grands services à la nation ! » Le Marquis Martial du Sud se nommait Wu Yuanxun. Ses exploits militaires à la frontière, nombreux et répétés, lui avaient valu d’obtenir le titre de Marquis Martial du Sud.

« Lin Ming salue le Général Wu. » Du peu qu’il en savait, Lin Ming se doutait que les généraux en charge de la garde des frontières du royaume étaient des personnages importants et de haut-rang. Il se plia par conséquent à l’usage approprié.

« Haha, tu es trop courtois petit frère Lin. Si son excellence le Prince Héritier se refuse à accepter ta révérence, comment le pourrais-je ? Nous sommes camarades en tant qu’apprentis, même si j’ai quitté la Maison Martiale des Sept véritables depuis une quarantaine d’années. Qu’est-ce que le temps passe vite ! »

La voix du marquis était claire et forte et tout le monde pouvait entendre ce qu’il disait autour de lui.

« Petite frère Lin est un jeune talent prometteur ; tu es déjà célèbre à travers tout le royaume. Cela fait quelques temps que je voulais te rencontrer et j’ai tout de suite su, à la seconde où je t’ai vu aujourd’hui, que tu étais un dragon sous forme humaine. Ton futur ne connaîtra pas de limite avec un niveau de cultivation déjà si avancé pour ton âge. »

N’ayant pas l’habitude de se faire complimenter de la sorte, Lin Ming se contenta de répondre poliment en essayant de rester humble : « Le Général Wu me fait trop d’honneur, j’ai encore un bien long chemin à parcourir. »

« Haha, petit frère Lin est trop modeste. J’ai entendu dire que tu avais déjà rejoint le Domaine Céleste. Peut-être que tu recevras par conséquent des missions émanant de l’armée. Si tu le désires, tu pourrais venir rejoindre mes troupes à la frontière Sud. Vu tes capacités, tu ne manqueras pas de t’y illustrer. »

L’intérêt de Lin Ming fut piqué par cette proposition. Certains disciples partaient effectivement réaliser des missions pour le compte de l’armée après avoir rejoint le Domaine Céleste. En conséquence de quoi ils recevaient des récompenses de la part de la Maison Martiale des Sept Véritables, mais aussi de la part du gouvernement. N’importe quel disciple qui partait en mission pouvait bénéficier d’une promotion en cas de réussite. Ainsi, il était déjà arrivé que certains obtiennent un titre de noblesse avant de terminer leur formation.

Lin Ming ne prêtait guère d’intérêt aux titres et à l’or. Mais les récompenses proposées par la maison martiale étaient loin d’être négligeables. Il pouvait par exemple y avoir des pierres de véritable énergie, des trésors rares, des pilules de qualité supérieure ainsi que du temps additionnel pour accéder aux sept matrices mortelles majeures.

Les pierres de véritable énergie et l’accès aux matrices mortelles étaient indispensables pour s’entraîner. Quant à un trésor de haute-qualité, Lin Ming serait vraiment ravi de récupérer une lance prodigieuse.

Sans compter que les pilules de qualité supérieure étaient la plupart du temps rares et onéreuses. Lin Ming ne pouvait pas se permettre de les négliger s’il souhaitait progresser plus rapidement. Malheureusement, il était presque impossible d’en trouver dans le Royaume du Grand Avenir, et cela même avec l’aide de personnes influentes.

Le marquis souhaiterait que je le rejoigne pour remplir des missions à son service, mais cela pourrait aussi m’être bénéfique. Jusqu’à maintenant je me suis essentiellement battu dans le cadre de duels, mais sans jamais me retrouver réellement dans une situation périlleuse. Si je rejoins l’armée, ce ne seront probablement pas les occasions qui manqueront. Je gagnerai de l’expérience, ma force continuera de progresser et en plus il y a des récompenses à la clé, alors pourquoi pas ?

« Lin Ming remercie le Général Wu pour la haute estime qu’il a de lui. Si la mission appropriée se présente, je rejoindrais très certainement la frontière Sud. »

« Haha, c’est très bien. Nous venons de nous rencontrer que j’ai déjà l’impression que nous sommes de vieux amis. Viens, allons boire un verre ! »

Alors que Lin Ming échangeait avec le marquis, Bai Jingyun et Murong Zi poursuivaient également leur conversation.

« C’est à lui que je pensais quand je parlais de rendez-vous », précisa Bai Jingyun en regardant vers Lin Ming.

« Lui ? Grande sœur Jingyun, évite ce genre d’absurdité ! » rétorqua Murong Zi en rougissant. « Il est plus jeune que moi, ça n’a aucun sens ! »

Murong Zi était âgé de dix-sept ans et Lin Ming seulement de quinze.

Bai Jingyun sourit malicieusement : « Si je comprends bien, la chose serait envisageable s’il n’avait pas deux ans de moins ? »

Murong Zi grimaça aussitôt : « Je n’ai jamais dit ça ! Continue de te moquer de moi et tu vas voir ! »

« Haha, petite sœur, à moins que tu choisisses de faire comme mademoiselle Qin, et que tu décides de poursuivre ce lointain domaine Xiantian, voir encore au-delà, alors tu finiras par te marier. Nous, les artistes martiaux, jouissons d’une longue jeunesse. Sans parler de deux ou trois ans d’écart, voir même dix, il pourrait y avoir plusieurs dizaines d’années de différence que ça ne signifierait rien. »

« Poursuivre le domaine Xiantian ? » Murong Zi resta silencieuse. Pour les mortels du Royaume du Grand Avenir, le domaine Xiantian représentait un rêve lointain. Elle avait beau être une femme fière et arrogante, Murong Zi savait pertinemment qu’il lui était impossible de parvenir jusqu’à un tel domaine de cultivation ; ce n’était qu’un rêve futile. En réalité, même certains des disciples principaux des Sept Profondes Vallées n’avaient aucune chance.

Mais les choses étaient différentes pour Qin Xingxuan. Son talent martial de grade six était tout bonnement hors du commun.

« Ce Lin Ming, peut-être va-t-il tenter d’y parvenir ? » demanda Murong Zi.

« C’est possible. Qin Xingxuan et lui ont chacun un type de talent très différent. Les capacités naturelles d’entraînement de Qin Xingxuan sont phénoménales. Quant à Lin Ming, outre son talent naturel, il excelle dans toutes les autres catégories. Essayer de définir le meilleur des deux serait très difficile. Si l’on considère les prouesses au combat, alors Lin Ming sera naturellement le plus fort. Mais s’agissant de leur capacité à aller loin dans la cultivation des arts martiaux, alors peut-être que Qin Xingxuan a plus de chances de parvenir un jour à atteindre le domaine Xiantian. Le talent martial de Lin Ming n’est que de grade trois. Outrepasser un tel handicap est tout simplement impossible. A mon avis, Lin Ming est plus susceptible de rester dans le royaume pour y accomplir de grandes choses. Il pourrait même devenir le prochain Maréchal d’Etat. »

« Le prochain Maréchal d’Etat ? » pensa Murong Zi, distraite. C’était un prestige dépassant même celui de l’empereur. De nombreux habitants du Royaume du Grand Avenir seraient bien incapables de donner le nom de l’empereur, mais pas un seul d’entre eux ne connaissait pas le nom et la légende du Maréchal d’Etat Qin Xiao.

Malgré son statut, Murong Zi conservait un très haut degré de respect pour un personnage de l’acabit du Maréchal d’Etat.

Comme Murong Zi ne semblait pas de très bonne humeur, Bai Jingyun sourit et lui dit : « Regarde Lin Ming, petite sœur, il est déjà encerclé par tant de filles. Si tu n’y vas pas maintenant, tu risques de ne plus en avoir l’occasion. »

Murong Zi suivit le bruit des conversations et tourna la tête. Effectivement, de nombreuses jeunes filles de l’aristocratie avaient, intentionnellement ou non, approché Lin Ming et discutaient avec lui.

« Monsieur Lin Ming, j’ai entendu dire que votre… lance… pesait plus de huit cent jins. Est-ce vrai ? » lui demanda une jeune fille en clignant des yeux avec un regard lascif.

Ces filles qui approchaient Lin Ming n’étaient pas nécessairement animées d’intentions perverses où intéressées. Elles n’avaient après tout qu’aux alentours de quinze ou seize ans pour la plupart d’entre elles. Elles ne connaissaient pas grand-chose du monde et leurs pensées étaient pures. Celles-ci tentaient d’approcher Lin Ming car leurs parents les y avaient poussés. Mais il y en avait d’autres qui ne pouvaient s’empêcher de l’approcher pour satisfaire leur admiration quasi maladive. Le Royaume du Grand Avenir plaçait les artistes martiaux au sommet de la société. Lin Ming, présenté comme l’extraordinaire talent du siècle, était inévitablement devenu une idole.

« Huit cent vingt jins », répondit Lin Ming avec un sourire.

« Ho, c’est incroyable ! Comment arrivez-vous à la tenir ? Puis-je voir votre main ? »

« Bien… d’accord » répondit-il en tendant sa main, impuissant.

A cet instant, une autre charmante jeune fille s’interposa et dit : « Monsieur Lin Ming, la lecture de votre paume est vraiment très bonne. »

« Mm ? »

« Je lis l’avenir dans les traits de la main » lui dit-elle avec un clin d’œil attrayant. « Puis-je jeter un œil à votre paume ? »

« Uh… » Lin Ming n’eut pas le temps de réfléchir à une manière de refuser que la jeune fille lui avait déjà attrapé la main pour l’observer. La sienne était froide et possédait la douceur unique de la peau d’une femme.

« Elle est étonnamment directe », dit Bai Jingyun avec un léger sourire.

« Humph, quelle bande d’aguicheuses !», dit Murong Zi d’un air dédaigneux. Puis elle porta un verre de cristal à ses lèvres et but le vin qu’il contenait à la manière d’un noble paon.

Bai Jingyun ricana en voyant sa réaction. Elle connaissait suffisamment Murong Zi pour savoir qu’elle était trop fière pour s’abaisser à agir de la même manière que ces jeunes filles.

« Petite sœur, si tu ne fais pas le premier pas avec ce genre de garçon tu risques de rapidement perde l’occasion de le faire… »

« Alors pourquoi n’y va tu pas ? » rétorqua Murong Zi en faisant la moue.

« Moi ?! » Le sourire de Bai Jingyun s’effaça petit à petit. Elle resta silencieuse un moment, avant de soupirer et d’ajouter presque à demi-mots : « Ce n’est pas à moi de décider de mon mariage… »

« Mm ?! Pourquoi ? » demanda Murong Zi qui ne comprenait pas. Bien que les enfants eussent à obéir à leurs parents concernant les questions maritales dans le Royaume du Grand Avenir, leur statut à Bai Jingyun et elle était bien à part. Elles avaient, de par leur talent et leur force, le droit de discuter les choix de leurs parents et de décider avec qui elles désiraient se marier.

« Tu es trop soumise grande sœur. Comment pourraient-ils te forcer si tu refuses le mariage qu’ils t’ont choisi ? »

Bai Jingyun sourit amèrement : « Ce n’est pas aussi simple que tu le penses… »

Elle avait été promise à l’un des descendants directs de l’une des factions principales des Sept Profondes Vallées, la Faction Acacia. Sans parler de la famille Bai, même la famille royale du Royaume du Grand Avenir n’aurait pas pu refuser.

Les sept fondateurs de la secte avaient laissé leur héritage derrière eux, constituant ainsi les sept factions. Il y avait par exemple la Faction de l’Epée, la Faction de la Cithare, la Faction des Matrices, et ainsi de suite. Evidemment, la Faction Acacia était l’une d’entre-elles. Son principe reposait sur la cultivation du Dao du Yin et du Yang. Presque toutes leurs méthodes d’entraînements étaient associées aux relations intimes entre homme et femme. Epouser un membre de cette faction revenait à sauter dans un gouffre enflammé.

Murong Zi sentit immédiatement que Bai Jingyun ne souhaitait pas en parler davantage. A ce moment-là, le crieur annonça encore de nouveaux arrivants.

« Le mentor du Prince Héritier, Monsieur Muyi, et Mademoiselle Qin des Quartiers du Maréchal ! »

Muyi et Qin Xingxuan ?

Lin Ming fut surpris. Il n’avait plus vu Qin Xingxuan depuis longtemps. Les étranges illusions qu’il avait eues d’elle sur la plateforme de jade repassèrent dans son esprit, et il fut gêné.

La matrice de l’Epreuve du Rêve était capable de magnifier à l’infini les désirs les plus secrets du cœur. Il existait véritablement chez Lin Ming une certaine attirance pour Qin Xingxuan.

Astuce:

Cliquer sur l'image Le Monde des Arts Martiaux 109 manga pour aller à la page suivante. Vous pouvez utiliser les flêches de votre clavier pour naviguer entre les pages.